Une histoire populaire du tennis aux États-Unis. Quelques notes au sujet de l’ouvrage de Dave Zirin.

Au début du mois de septembre, « Une histoire populaire du sport aux Etats-Unis » paraissait aux éditions Lux (la publication originale, en anglais, date de 2008). Dans cet ouvrage, présenté comme une référence à l’histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn (abondamment cité), le journaliste Dave Zirin retrace 150 ans d’histoire du sport américain avec l’objectif d’« offrir une histoire qui jette un regard critique sur les forces politiques et les relations de pouvoir qui le gouvernent » (p. 11). A travers un compte rendu orienté, cette note vise à mettre en lumière la place accordée par Zirin à certains joueurs et joueuses de tennis et à leurs prises de position dans cette histoire populaire du sport. En conséquence, il s’agit également de questionner l’intérêt d’une histoire populaire du tennis aux États-Unis.

Des engagements politiques loin des courts de tennis

Le bandeau avec lequel on reçoit le livre indique « De Jesse Owens aux sœurs Williams ». Billie Jean King et les sœurs williams sont citées dans la préface écrite par l’auteur. Des joueurs et joueuses de tennis sont cité.e.s dans les comptes rendus d’Olivier Villepreux pour le blog Contre-Pied et de Claude Grimal pour En attendant Nadeau. Pourtant, la lecture de l’ouvrage nous conduit à penser que l’histoire populaire du sport aux États-Unis se passe loin des courts de tennis. Les mentions aux joueurs et joueuses et à leur activisme sont extrêmement minoritaires. En cherchant à mettre en évidence des mouvements de revendication, de protestation visant à faire évoluer les rapports de classe, de race et de genre structurant le monde sportif et la société américaine, Dave Zirin s’oriente vers le base-ball, le football, la boxe, le basket-ball ou encore l’athlétisme. L’auteur revient en profondeur sur les événements marquants de l’histoire du sport américain : la présence de Jesse Owens aux JO de 1936 à Berlin ; l’histoire de Muhammad Ali, sa place dans le mouvement de défense des droits civiques et son opposition à la guerre du Vietnam ; le point levé de John Carlos et Tommie Smith sur le podium à Mexico en 1968. Là où l’ouvrage devient original, c’est lorsque Zirin offre la (re)découverte de certaines histoires moins connues de sportives et sportifs devenu.e.s des symboles des réalités et luttes sociales aux États-Unis, mais aussi de mouvements de révolte au sein même du monde sportif. Zirin revient sur la création d’un syndicat de joueurs de base-ball en 1885 et d’une ligue des joueurs en 1890, en opposition aux gérants de la ligue nationale, avec comme slogan : « Patron à la porte ». Il cite aussi l’histoire de Lester « Red » Rodney, journaliste ayant créé un « cahier des sports politique » au sein du Daily Worker dans les années 1930 et ayant participé « à l’une des premières campagnes publiques visant à mettre fin à la ségrégation au baseball » (p. 101). Dave Zirin s’attarde d’ailleurs longuement sur la place de Jack Roosevelt Robinson, vétéran de la seconde guerre mondiale et premier joueur noir à avoir jouer dans les ligues majeures de base-ball, en parallèle d’autres figures comme le boxeur Jack Johnson. Il cite aussi brièvement Roberta Gibb, première femme à terminer le marathon de Boston ou Sybil Bauer nageuse battant le record du monde du 400m (hommes et femmes confondus) en 1922. Il mentionne la grève des joueurs de base-ball en 1981, puis celle des joueurs de football en 1987, les sportifs et sportives s’étant opposé.e.s à la guerre en Irak et les répercussions de cet engagement tant sur le débat public que sur leur carrière individuelle. Avec l’appui de références nombreuses et variées, les objectifs de Zirin sont bien visibles : Montrer que le sport n’est pas autonome vis-à-vis des phénomènes qui traversent les États-Unis et mettre en lumière certain.e.s sportifs et sportives pouvant jouer un rôle dans cette histoire américaine. Si d’autres exemples peuvent être cités, il est parfois regrettable que certains cas ne soient pas plus détaillés et ne donnent pas plus de clés pour saisir tout ce qui est en jeu dans une déclaration, un geste, une victoire. Aussi, malgré quelques rares exemples, on peut regretter que cette histoire populaire soit majoritairement masculine.

Helen Wills, Althea Gibson et Arthur Ashe : pionnières et pionner

C’est le paradoxe d’une lecture de l’ouvrage orientée autour du tennis. Lorsqu’il écrit au sujet du tennis, Dave Zirin ne mentionne pratiquement que des femmes. Dès le début de l’ouvrage, évoquant les débuts du basket féminin à la fin du XIXeme siècle, Dave Zirin note le rôle social du sport pour les femmes des classes supérieures. Entre le golf et l’équitation, il cite alors une pratique du tennis permettant de signaler l’appartenance de ces sportives «à un nouveau groupe social : le country club » (p.53). Zirin cite ensuite le cas d’une joueuse américaine, Helen Wills, et ses huit titres à Wimbledon dans l’entre-deux guerre en soulignant un traitement genrée des journalistes de l’époque. Il mentionne une tendance à voir la personnalité impassible et les nombreuses victoires de Wills comme un défaut quand on voit comme un exploit l’enchaînement de victoires d’un homme. Des descriptions faites de Wills dans la presse viennent alors nourrir son raisonnement. Notant l’ambivalence des journalistes à voir « les femmes athlètes tantôt comme menaçantes, tantôt comme aguichantes » (p. 92), Zirin cite des extraits où Wills est présentée comme une joueuse « sans coeur qui pulvérise les athlètes moins douées ».

Retraçant les années 1950, Dave Zirin s’arrête sur une autre joueuse qui « brise de nombreux préjugés raciaux » (p. 176) : Althea Gibson. Décrivant le tennis comme « le sport le plus huppé et le plus blanc d’entre tous » (p. 176) et expliquant que les rares athlètes noires réussissant dans le sport émergent dans le monde de l’athlétisme, Zirin met en évidence la spécificité de la réussite de Gibson dans le monde du tennis et les barrières auxquelles la joueuse a du se confronter au début de sa carrière. L’auteur aurait d’ailleurs pu décrire plus en détails l’exclusion des tournois dont elle a été la victime et le besoin de mobilisation d’autres joueuses et notamment d’Alice Marble, militant pour la participation de Gibson à l’US Open. Ce parcours est d’autant plus atypique que Gibson vient d’un milieu pauvre à Harlem et a appris le tennis sur les courts publics de New-York comme le rappelle un reportage conservé par l’INA. Zirin note que Gibson est la première sportive américaine à recevoir le titre d’athlète féminine de l’année de l’associated Press en 1957, après avoir remporté l’US Open et Wimbledon. Si ce n’est pas évoqué dans l’ouvrage, nous pouvons préciser que Gibson deviendra après sa carrière de joueuse de tennis la première joueuse de golf professionnelle noire et sera citée plus récemment par Serena Williams comme source d’inspiration majeure : « Althea m’a donné du bonheur et la fierté d’être noire. Elle avait un visage sur lequel on pouvait lire toute sa détermination. C’est intéressant de retenir cette expression du visage, car elle donnait l’impression qu’on ne pouvait pas la faire plier. Je m’en suis beaucoup inspiré. »

Puis, Zirin cite Arthur Ashe. Arthur Ashe ne fait pas l’objet d’une sous partie d’un chapitre comme beaucoup de ses homologues. Il est cité à plusieurs reprises, à plusieurs moments de l’histoire du sport américain, pendant et après sa carrière, comme s’il avait accompagné plusieurs décennies de l’histoire américaine malgré sa mort précoce du Sida à l’âge de 49 ans. Zirin cite d’ailleurs son engagement à la fin de sa vie contre les politiques du gouvernement Bush et pour la défense des réfugiés haïtiens. Avant cela, c’est son engagement contre l’Apartheid en Afrique du Sud qui est mis en lumière avec ses discours appelant notamment les instances du tennis à exclure l’Afrique du sud de la Coupe Davis. Zirin rappelle aussi que dans la lignée de nombreux autres athlètes noires, Ashe s’engage dans le mouvement de défense des droits civiques considérant que « les athlètes ont une responsabilité personnelle envers la cause des droits civiques ». En parallèle, Zirin rappelle qu’Ashe fut le premier athlète afro-américain à remporter un titre du grand chelem à l’US Open (sans rappeler qu’il le fait toutefois 11 ans après Althea Gibson). Enfin, Zirin nous fait découvrir l’historien qu’était Arthur Ashe. Alors qu’il est cité à plusieurs reprises pour une série d’ouvrages sur les athlètes afro-américains (« A hard road to glory: A History of the African-American Athlete »), quelques recherches complémentaires nous indiquent l’existence d’un travail de plusieurs années, mené en partenariat avec des chercheurs, après sa carrière de joueur. Il présente lui-même sa démarche dans un texte au new york times en 1988.

Billie Jean King, Martina Navratilova, Vénus et Serena Williams:
Girls power

Hormis Ashe, l’histoire des engagements politiques dans le monde du tennis est une histoire féminine. Après Althea Gibson, la fin des années 1960 marque l’émergence d’une future icône. Billie Jean King secoue le monde du tennis et du sport dès 1968 en insistant « qu’on offre ouvertement un prix en argent aux femmes à Wimbledon » (p. 259) alors que l’amateurisme était la règle. Issue de la classe ouvrière, Billie Jean King s’engagea alors pour de longues années de revendications pour une égalité salariale, mais aussi des installations et vestiaires de meilleure qualité pour les femmes. Zirin rappelle alors que King menace de faire grève après avoir appris en 1972 qu’elle gagnait moins que son homologue masculin. Elle créa d’ailleurs un circuit professionnel à la base de la WTA et lutta pour l’existence d’un syndicat des joueuses. Zirin s’attarde alors sur « la bataille des sexes », son match réalisé contre Bobby Riggs (vainqueur de Wimbledon en 1939) en 1973. L’auteur présente ce match comme un moment clé dans l’histoire du sport et des représentations du monde sportif et médiatique à l’égard des sportives. Il cite ainsi pour appuyer son raisonnement les propos d’un journaliste de Sport Illustrated : « Elle a changé les perceptions de plus de la moitié de la société quant au vaste monde de l’activité physique » (p. 292). Pour démontrer l’importance du rôle de King dans l’histoire du sport et plus globalement dans l’histoire des droits des femmes pour lesquels elle se battait aussi, Zirin finit en notant sa présence dans le palmarès des 100 américains les plus importants du XXe siècle du magazine Life dans lequel elle est la seule femme.

Au final, c’est peut-être Martina Navratilova qui parle le mieux de Billie Jean King : « une guerrière partie en croisade en notre nom à toutes. Elle portait le drapeau et montrait que c’était bien d’être sportive » (p. 292). Martina Navratilova se lance sur le circuit professionnel à 15 ans en 1972. Zirin revient sur son cas d’abord en raison de gains en tournoi qui, au milieu des années 1980, dépassent les gains des meilleurs joueurs. Surtout, il s’intéresse à Navratilova pour son engagement en tant que lesbienne cherchant à « mettre le débat sur l’homosexualité au-devant de la scène » (p. 319). Zirin note que Navratilova n’a jamais cessé de dénoncer « les lois homophobes aux États-Unis et a prononcé de nombreux discours lors de manifestations pour les droits des homosexuels » (p. 319). Martina Navratilova avait donc le désir de changer les choses. Elle l’indiquera elle-même comme le rappelle Zirin : « J’espère, quand j’arrêterai [de jouer], que les gens penseront que j’ai peu contribué à faire changer les choses » (p. 320).

Enfin, Dave Zirin s’arrête sur les sœurs Williams, avec toutefois une entrée particulière : leur père, Richard Williams. Zirin fait alors la filiation avec Althea Gibson. Comme Gibson, les sœurs Williams ont appris sur des courts de tennis publics, à Compton en Californie, avec leur père, militant anti-raciste. L’auteur reprend alors quelques citations de Richard Williams évoquant le racisme dans le monde du tennis dont celle-ci : « J’ai demandé aux gens de la WTA s’ils croyaient que le racisme existait encore de nos jours, et ils m’ont répondu que non. Ils me prennent vraiment pour un idiot » (p. 360). Si on ne peut que regretter que l’auteur ne s’attarde pas plus sur les joueuses que leur père (peut-être parce que l’engagement des soeurs et surtout celui de Serena s’est renforcée après 2008 – date de première publication de l’ouvrage), ces lignes permettent néanmoins de mettre en lumière l’hypothèse d’une influence de la socialisation familiale dans l’engagement anti-raciste des sœurs williams tout au long de leur carrière.

Des regrets et des pistes : histoire politique et histoire populaire

Le cas des sœurs Williams met en lumière les regrets certains que laissent la lecture de l’ouvrage de Zirin. D’abord, on aimerait en savoir plus sur les histoires de ces joueurs et joueuses, notamment d’Althea Gibson, de Billie Jean King et des sœurs williams, toutes issues des classes populaires et ayant pourtant toutes réussi à atteindre le sommet du tennis mondial. C’est aussi sur le parcours de militant.e de ces joueurs et joueuses qu’on aurait aimé en savoir plus. Ces regrets sont aussi présents quant aux descriptions de plusieurs événements décrits dans la première partie de ces notes. Les histoires les plus détaillées sont celles que le lecteur connaît finalement le mieux. D’autres événements, d’autres parcours auraient mérités plus de détails et d’explications. La volonté de rendre compte dans un ouvrage accessible 150 ans d’histoire du sport américain rendait la tâche difficile pour Zirin. À ce niveau, il est également possible de s’interroger sur les choix de l’auteur et sa volonté de réellement faire une histoire populaire du sport. Zirin n’évoque pratiquement que des sportifs et sportives de haut-niveau et leur rôle dans le monde médiatique et politique. Une histoire populaire du sport aurait demandé une attention plus fine aux sports dont on ne parle pas, mais aussi au sport amateur et à la pratique sportive dans les différents lieux et milieux de la société américaine. Il cite toutefois le titre IX, une partie de « l’education amendment » de 1972 garantissant un financement équitable des projets éducatifs pour les hommes et les femmes (p. 293) et mentionne une augmentation de la pratique sportive des filles dans les années 1970. Dans cet esprit, une histoire de la ségrégation dans les lieux de pratique à l’échelle locale, une histoire plus fine de la pratique des femmes, ou encore plus précisément, une histoire des courts de tennis publics d’où sont sorties les sœurs Williams et Althea Gibson seraient particulièrement enrichissantes. Le cas de Sean O’Neil, cité brièvement par Zirin, comme joueur de tennis de San Franscisco présent et prenant la parole aux gay games mériterait également une histoire plus développée, d’autant plus qu’il semble complexe de retrouver quelconque trace de ce joueur. En conclusion, Dave Zirin fait naître certaines frustrations qui sont autant de pistes à développer pour mener une réelle histoire populaire du tennis aux États-Unis.


Une réflexion sur « Une histoire populaire du tennis aux États-Unis. Quelques notes au sujet de l’ouvrage de Dave Zirin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *