« Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.

Fin septembre, l’AFP publie une dépêche au sujet du volet « activité physique et sédentarité » de l’enquête ESTEBAN (étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition) menée entre 2014 et 2016 par l’agence Santé Publique France. La dépêche est reprise telle quelle par de nombreux médias ou modifiée à la marge, et toujours avec des titres alarmistes : « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France », « trois chiffres inquiétants sur la sédentarité des français », « trop d’écrans, pas assez d’activités physiques ». Les Echos titreront même « on est foutus, on ne bouge plus ». En quelques lignes, chaque article décrit quelques données de l’enquête, essentiellement celles reprises par la dépêche de l’AFP (à priori, peu de journalistes ont pris le temps de lire le rapport) : L’inactivité, la sédentarité et le temps passé devant les écrans augmentent; l’intensité de la pratique baisse pour l’ensemble de la population; les hommes maintiennent un certain niveau d’activité modéré alors que celui des femmes baisse de manière inquiétante toutes catégories d’âge confondues, comme celui des enfants. Si l’enquête apporte des données qui sont les bienvenues pour le champ des travaux sur la santé et l’activité physique, elle est aussi à prendre avec un certain nombre de précautions méthodologiques en partie exposées dans le rapport publié par l’agence Santé Publique France. L’enquête est aussi à prendre dans toute sa complexité car ses résultats soulignent des situations quelque peu différenciées en fonction des catégories d’âge, mais surtout en fonction des diplômes. Enfin, le rapport de l’enquête ESTEBAN donne des préconisations pour améliorer la situation alors qu’en parallèle, il ne donne aucun outil pour expliquer les phénomènes mis en lumière. Il rappelle alors l’importance d’un questionnement sociologique en matière d’activité physique et de santé afin de comprendre les ressorts d’une pratique au quotidien et ainsi permettre de penser, en conséquence, une action politique pertinente.

La difficile mesure de l’évolution de la pratique physique

Dans son ouvrage Sciences sociales et sport1, Christian Pociello rappelle que l’histoire des travaux sur la pratique physique et sportive dans la population générale a toujours suscité « des controverses entre chercheurs et enquêteurs, visant à légitimer leurs propres résultats, en même temps que les méthodes qui ont permis de les obtenir » (p73). Les travaux ont ainsi montré qu’en fonction des définitions de l’activité physique, du type de questions posées, du mode de passation des questionnaires, les réponses pouvaient différer. Des enquêtes sont ainsi publiées régulièrement pour mettre en évidence le taux de pratique en France. Patrick Mignon rappelait par exemple en 2015 l’augmentation du taux de personnes pratiquant des activités physiques entre 1985 et 2010 (cette enquête, menée par l’INSEP, ne prend toutefois guère en compte la régularité et l’intensité de la pratique). Semblant maîtriser ces enjeux, les chercheurs de l’enquête ESTEBAN exposent dans le rapport leur méthodologie, le choix de leur questionnaire (RPAQ) prenant en compte les activités à domicile, les activités physiques au travail et les activités physiques de loisirs et sportives, mais aussi les activités domestiques. Ils présentent aussi leur volonté de comparaison avec une enquête de 2006 utilisant un autre questionnaire (l’Etude Nationale Nutrition Santé – ENNS) et mentionnent alors dans la méthodologie et la conclusion de l’enquête les limites de la comparaison : « Les données comparatives entre ENNS – 2006 et Esteban-2015 sont toutefois à considérer avec précaution compte tenu des changements d’outils utilisés pour mesurer l’activité physique de la population. Ces modifications méthodologiques ont sans doute pu jouer sur la précision des données, notamment sur la définition précise de l’intensité des activités. » (p. 55). Pour la mesure de l’évolution de la sédentarité, le rapport explique aussi le choix de réduire la sédentarité au temps passé devant un écran parce que seules ces données sont comparables. Le rapport de Santé Publique France explique ces limites quand les commentaires médiatiques et politiques autour de la sortie du rapport semblent préférer les mettre de côté.

Choix des catégorie et disparités à prendre à compte

Dans les articles cités, les logiques présentées sont globales. En nous intéressant par exemple à la baisse de l’activité physique des femmes, nous remarquons que cette baisse est visible pour toutes les tranches d’âges et tous les niveaux de diplôme. Nous pouvons  alors d’abord interroger la construction des catégories en termes de tranches d’âge choisies: 6-17ans (catégorie ensuite segmentée en 6-10, 11-14 et 15-17), 18-39, 40-54 et 55-74. Olivier Martin2 note l’importance dans le recodage des données de créer des catégories qui « correspondent à des situations sociologiques homogènes, similaires. » (p. 51). Nous pouvons nous interroger sur l’homogénéité des situations entre les individus de 18 à 39 ans. Nous pouvons aussi questionner la non présence de données en matière de catégories socio-professionnelles permettant peut-être de mettre en lumière d’autres différences dans les rapports à l’activité physique. Nous pouvons enfin souligner l’absence de données sur le type d’activités pratiquées par les personnes interrogées alors que le questionnaire catégorise différents types de pratique.

Les catégories choisies permettent néanmoins de mettre en exergue des nuances au sein de la population française car si les évolutions semblent aller toujours dans le même sens, l’enquête montre qu’en fonction des catégories d’âge et en fonction des diplômes obtenus, les taux d’activité physique n’évolue pas toujours de la même manière. Chez les hommes par exemple, une augmentation globale de la pratique est visible de façon plus marqué chez les 40-54 ans pour se rapprocher du niveau d’activité des autres tranches d’âge qui évolue moins. Chez les femmes surtout, le rapport met en lumière que la baisse de la pratique est plus importante chez les 18-39 et les 40-54ans par rapport aux 55-74 ans.


  (figure 1 – issue du rapport Santé Publique France)

L’enquête met aussi en évidence une baisse de la part de la population ayant un niveau d’activité physique élevée plus importante chez celles et ceux qui ont le moins de diplômes. Les études et les diplômés post bac, d’autant plus pour les personnes à bac+3 semblent ainsi limiter la baisse de l’activité physique (figure 2). Nous remarquons aussi que l’augmentation du temps passé devant les écrans est moins marquée chez les hommes et femmes diplômés à bac + 3. Pourtant, encore, une fois, ces différences sont absentes des publications et commentaires relatifs à l’enquête. Elles sont également absentes de la partie « discussion » puis « conclusion » du rapport de l’enquête ESTEBAN. Elles pourraient pourtant être mises en lien avec d’autres données. En 2006, Laura Muller3 soulignait que « 88 % des diplômés de l’enseignement supérieur ont pratiqué une activité physique ou sportive en 2003, contre 60 % des personnes titulaires d’un diplôme inférieur au bac ou sans diplôme » (p. 658).

(figure 2 – issue du rapport Santé Publique France)

Face au manque de données explicatives, quelques outils pour quelques hypothèses

Les données de l’enquête épidémiologique présentées dans le rapport ESTEBAN ne permettent pas d’expliquer ni comprendre les situations décrites, même si elles évoquent brièvement des différences d’approches de l’activité physique entre les hommes et les femmes. Le rapport ne va pas non plus dans le détail de certaines données pourtant accessibles à travers le questionnaire passé, notamment sur le type d’activités pratiquées. Il n’informe pas sur les manières de pratiquer, de voir la pratique, sur les conditions sociales et professionnelles des personnes qui sont de moins en moins ou de plus en plus actives. Il laisse toutefois la possibilité de faire quelques hypothèses à partir de la méthodologie et des données présentées. Il laisse aussi la possibilité de contrer certains arguments qui peuvent fleurir dans le monde sportif à la suite de la parution de l’enquête. En effet, la publication du rapport ESTEBAN a suscité notamment sur les réseaux sociaux des discours plaçant comme responsable de la baisse d’activité les instances sportives et l’organisation française du sport. S’il ne fait pas de doute que ces instances ont un rôle à jouer, que le sexisme mis en lumière à intervalle régulier peut par exemple entraîner un manque d’engagement des femmes4, nous pouvons difficilement trouver des corrélations entre les données du sport institutionnel et celles du rapport ESTEBAN. D’abord car l’enquête rend finalement peu compte des pratiques institutionnalisées, ensuite car  Les données ministérielles en matière de licences mettent notamment en évidence une augmentation du nombre brut de licences sportives féminines et d’un taux de licence qui augmente de 34 à 37 % entre 2004 et 2014 ( 5 919 633 licenciées en 2014). Si ces données ne rendent certes pas compte de l’intensité de la pratique, rien ne favorise la mise en évidence d’un lien entre l’augmentation de l’inactivité de certaines populations et les modes d’organisation du sport institutionnel.

Chercher des causes uniquement dans le monde sportif, c’est surtout refuser l’idée que les déterminants de la pratique sportive sont en grande partie ailleurs. Les chercheurs en sciences sociales du sport, mais aussi les enquêteurs de l’INSEE et du ministère des sports n’ont cessé de mettre en évidence ces dernières décennies que l’activité physique, son intensité, les choix de pratique, étaient liées aux conditions sociales dans lesquelles vivent les individus, que les différences de pratique entre les hommes et les femmes devaient être mises en lien avec les instances de socialisation et les situations familiales et socio-professionnelles. C’est évidemment aussi le cas pour les enfants.5. L’enquête ESTEBAN et les commentaires qu’elle a suscité semblent totalement oublier ces enjeux. Or, à partir de ces enjeux, il est possible d’interroger les évolutions de la pratique d’activités physiques au regard de certaines transformations de la société française ces dix dernières années. En effet, ces dernières années, le taux de chômage a augmenté chez les plus jeunes et aussi les moins diplômés (figure 3), populations pour qui la baisse de la pratique est la plus forte. En 2006, Laura Muller6 notait après avoir parlé des diplômés que « le niveau de vie est également discriminant [en matière de pratique sportive] – 82 % des personnes appartenant au quart des ménages les plus aisés ont une pratique sportive, contre 59 % dans le quart le plus défavorisé – et joue indépendamment du niveau d’étude ».

(figure 3)

La pauvreté, qui touche plus les femmes que les hommes, a aussi augmenté à la fin des années 2000, comme les situations de précarité, avec à la clé une insécurité sociale plus importante chez les femmes. Les sciences sociales ont d’ailleurs également montré que l’augmentation de la précarité n’a pas les mêmes répercussions dans la vie des hommes et des femmes. Un récent rapport du haut-conseil à l’égalité a d’ailleurs tenté d’interpeller les conséquences de la pauvreté et de la précarité sur la santé des femmes. Il pourrait alors sembler pertinent de questionner les liens possibles entre le phénomène de précarisation de certaines populations et la baisse du niveau d’activité physique et de l’engagement dans la pratique. De façon plus positive, et au regard de la méthodologie utilisée dans l’enquête ESTEBAN, il est d’ailleurs aussi possible de mettre en avant la corrélation entre la baisse de l’activité physique des femmes et la baisse du temps passé par les femmes dans les tâches domestiques7. Nous pouvons d’ailleurs souligner le caractère normatif de l’étude et de son traitement médiatique qui voit à travers la baisse de l’activité physique un phénomène forcément inquiétant et problématique. (Il faudrait par ailleurs prendre le temps à ce niveau de faire des liens avec les données des autres volets de l’enquête ESTEBAN).

Quelles politiques publiques en matière de sport et de santé ?

L’objectif n’est pas de conclure à des liens de causalité certains entre l’accroissement de la précarité chez certaines populations et la baisse plus ou moins importante de l’activité physique. Il n’est pas non plus de nier que certaines transformations globales de nos sociétés, et notamment nos rapports aux écrans, puisse avoir une influence sur l’ensemble de la population. Par contre, il semble nécessaire de favoriser les enquêtes autour de ces corrélations, de rappeler que toutes les catégories de populations ne sont pas égales face à la baisse de l’activité physique et à l’augmentation de la sédentarité. Il paraît aussi pertinent de décrire plus en détail les évolutions des pratiques physiques et sportives des français et françaises et de mener des enquêtes de sciences sociales, quantitatives et qualitatives, pour comprendre et expliquer les phénomènes mis en lumière par l’enquête ESTEBAN. Les hypothèses explicatives présentées dans ce billet et les mentions aux inégalités sociales en matière d’activités physiques et de santé se veulent aussi être un rappel à l’ordre à celles et ceux qui prétendent qu’on peut réorganiser le sport et permettre un plus grand engagement dans l’activité physique des populations sans prendre en compte des enjeux socio-économiques plus large et en laissant de côté l’idée d’un service public du sport. Il convient effectivement d’interroger les conséquences de la réduction globale des moyens alloués aux politiques publiques en matière de sport et de santé (baisse du nombre d’emplois aidés, baisse des subventions aux associations, baisse des financements aux collectivités territoriales) sur la pratique des plus précaires, plus touchés par l’inactivité physique.

L’affaiblissement d’un service public du sport et de la santé peut effectivement avoir pour conséquences l’éloignement de la pratique des populations les plus fragiles déjà les moins enclines à pratiquer une activité. Il est alors regrettable de voir le rapport établir des recommandations pour améliorer le taux d’activité physique sans jamais replacer les phénomènes décrits dans des contextes sociaux plus larges. En guise de conclusion, mais aussi comme piste d’ouverture, il pourrait sembler pertinent de finir par un retour sur l’enquête menée à Strasbourg au sujet du sport sur ordonnance. L’enquête avait révélé la manière dont un dispositif public territorial pouvait permettre à des personnes malades chroniques et éloignées de la pratique d’entrer dans une activité physique régulière et d’appréhender de nouveaux apprentissages et habitudes en termes d’activités et de santé8. Le billet n’est pas là pour présenter l’expérience strasbourgeoise comme un modèle, mais plutôt comme un rappel, afin encore une fois, de favoriser un questionnement plus large au sujet des logiques d’engagement dans l’activité physique.

  1. Pociello, C. (1999). Sciences sociales et sport. Paris : Vigot. []
  2. Martin, O. (2016 [2012]). L’analyse quantitative des données. Paris : Armand Colin []
  3. Muller, L. (2006). La pratique sportive en France, reflet du milieu social. In « Données sociales – La société française », INSEE, 657-663 []
  4. Barbusse, B. (2016) Du sexisme dans le sport. Paris : Anamosa []
  5. Mennesson, C. (2011). Socialisation familiale et investissement des filles et des garçons dans les pratiques culturelles et sportives associatives. Réseaux, n° 168-169, 87-110 []
  6. Op. cit. []
  7. « Femmes-hommes. Les inégalités perdurent. Dans « Les chiffres 2018 », Alternatives économiques (hors-série), octobre 2017, p. 21 []
  8. Gasparini, W., Knobe, S., Didierjean, R. (2015) « Physical activity on medical prescription : a qualitative study of factors influencing take-up and adherence in chronically ill patients, Health Education Journal, 74, 6. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *