Archives de catégorie : Billets

Tennis : le harcèlement comme habitude

Note méthodologique et rédactionnelle : Ce billet a été écrit à partir de témoignages de joueuses, de professionnelles, de bénévoles, engagées dans le monde sportif, et principalement dans le monde du tennis, qui ont été témoins ou qui ont vécu des expériences de harcèlement ou d’agression ces dernières années. Elles ont relu, retouché ce texte et ont fait le choix de rester anonymes. Ainsi, l’ensemble des prénoms cités a été changé et certains éléments contextuels (statuts d’acteurs, lieu de harcèlement/agression) des situations énoncées ont volontairement été décrits de façon relativement floue.

Agression en direct sur France télévision

Le projet de ce texte démarre en Mai pendant Roland Garros, lors de l’agression en direct de Maxime Hamou, joueur de tennis professionnel, envers Maly Thomas, journaliste sur Eurosport. Si cette agression est grave, elle n’apparaît pas pour autant surprenante et semble plutôt illustrer un monde du tennis où les cas de harcèlement et d’agression sont réguliers et le plus souvent noyés, cautionnés, excusés, mis de côté, très rarement sanctionnés. En Mai, il était déjà absurde et déplacé de voir dans le cas de Maxime Hamou les excès d’un jeune joueur ne se comportant pas comme ça habituellement et étant juste ivre comme certains chroniqueurs de télévision ont tenté de l’expliquer. Cet acte pouvait d’abord être replacé dans un système sportif sexiste1, particulièrement à l’œuvre dans le monde du tennis et encore illustré à la fin de l’été par la une de Tennis Magazine, célèbre revue d’actualité tennistique française (les médias spécialisés ne sont pas en dehors de ce monde, ils en font partie intégrante).

Il y a quelques semaines, l’affaire Weinstein et le récit sur les réseaux sociaux par de nombreuses femmes de violences et de cas de harcèlements sexuels rappelaient (si cela était vraiment nécessaire) la régularité de ces phénomènes et leur existence dans l’ensemble des espaces sociaux. Toutefois, peu de cas de harcèlement et d’agression au sein du monde sportif ont été mis en lumière. Tatiana Gutsu ex-gymnaste ukrainienne et Mckayla Maroney ont révélé avoir été victime d’agressions sexuelles  respectivement par un ancien coéquipier et un médecin. En France, l’absence d’écho du mouvement s’expliquerait selon la ministre des Sports par un travail du mouvement sportif portant ses fruits. Le comité Ethique et Sport, en désaccord avec la ministre, a en parallèle publié une tribune invitant à briser l’omerta sur les violences sexuelles dans le sport français. De façon relative, l’objectif du billet est d’y participer. À partir de témoignages de joueuses, bénévoles, professionnelles au sujet de cas de harcèlement moral et/ou sexuel et de violences, et de quelques données d’enquêtes existantes, le billet cherche à mettre en évidence la situation alarmante dans laquelle est le monde du tennis dans son ensemble, et plus globalement, celle dans laquelle est le monde sportif.

Continuer la lecture de Tennis : le harcèlement comme habitude

  1. Voir Barbusse, B. (2016). Du sexisme dans le sport. Paris : Anamosa []

« Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.

Fin septembre, l’AFP publie une dépêche au sujet du volet « activité physique et sédentarité » de l’enquête ESTEBAN (étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition) menée entre 2014 et 2016 par l’agence Santé Publique France. La dépêche est reprise telle quelle par de nombreux médias ou modifiée à la marge, et toujours avec des titres alarmistes : « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France », « trois chiffres inquiétants sur la sédentarité des français », « trop d’écrans, pas assez d’activités physiques ». Les Echos titreront même « on est foutus, on ne bouge plus ». En quelques lignes, chaque article décrit quelques données de l’enquête, essentiellement celles reprises par la dépêche de l’AFP (à priori, peu de journalistes ont pris le temps de lire le rapport) : L’inactivité, la sédentarité et le temps passé devant les écrans augmentent; l’intensité de la pratique baisse pour l’ensemble de la population; les hommes maintiennent un certain niveau d’activité modéré alors que celui des femmes baisse de manière inquiétante toutes catégories d’âge confondues, comme celui des enfants. Si l’enquête apporte des données qui sont les bienvenues pour le champ des travaux sur la santé et l’activité physique, elle est aussi à prendre avec un certain nombre de précautions méthodologiques en partie exposées dans le rapport publié par l’agence Santé Publique France. L’enquête est aussi à prendre dans toute sa complexité car ses résultats soulignent des situations quelque peu différenciées en fonction des catégories d’âge, mais surtout en fonction des diplômes. Enfin, le rapport de l’enquête ESTEBAN donne des préconisations pour améliorer la situation alors qu’en parallèle, il ne donne aucun outil pour expliquer les phénomènes mis en lumière. Il rappelle alors l’importance d’un questionnement sociologique en matière d’activité physique et de santé afin de comprendre les ressorts d’une pratique au quotidien et ainsi permettre de penser, en conséquence, une action politique pertinente.

Continuer la lecture de « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.