Itinéraire d’un club de tennis dans l’espace du padel

Au début de l’année 2018, j’ai mené deux longs entretiens (entre 1h30 et 2h) avec l’enseignant de padel et le président du Tennis Club de Sarréville (TCS)1. J’ai mené quelques semaines plus tard un autre long entretien (1h30) avec le dirigeant d’une structure privée marchande de padel installée à quelques kilomètres de Sarréville. J’ai aussi eu des courtes discussions (10-15 minutes) avec plusieurs joueurs de padel et adhérents du club. Enfin, des entretiens ont été menés avec des dirigeants de clubs de tennis voisins ayant aussi installé des terrains de padel entre 2015 et 2017. À partir de ces données, je tente dans ce texte de rendre compte des enjeux de développement de la pratique du padel dans un club de tennis affilié à la FFT.

Un club qui diversifie son activité.

Sarréville est une petite ville de 10 000 habitants à une dizaine de kilomètres à l’est d’une grande métropole française. Cette petite ville compte jusqu’à la fin des années 1980 deux clubs de tennis. Le premier est un petit club municipal au cœur de la ville; le second est privé et situé à la périphérie. Au début des années 1990, le club privé tombe en faillite alors qu’il avait compté, selon le président du TCS, jusqu’à plus de 1000 adhérent.e.s. La ville de Sarréville rachète les installations et une nouvelle association est créée pour investir les lieux : le TC Sarréville. Les installations sont nombreuses au moment du rachat : courts en terre battue, sauna, piscine, restaurant. Le sauna et la piscine disparaissent rapidement. Président depuis le début des années 2000, Jean explique la situation complexe de l’association entre 1992 et 2000 et son choix de commencer par laisser la gestion du restaurant à des acteurs privés. En 2000, le club compte environ 400 adhérents dont 160 jeunes. Jean explique alors sa volonté de développer la pratique par la nouvelle équipe dirigeante engagée en 2000. Le club, qui n’avait qu’un enseignant en recrute rapidement un deuxième, puis un troisième, pour accroître la quantité de cours pour les jeunes et pour développer une offre d’enseignement pour les adultes. Depuis une douzaine d’année, le club compte entre 500 et 550 adhérent.e.s.

La construction des courts de Padel n’est pas le premier acte de diversification de l’activité au sein du TC Sarréville. Au milieu des années 2000, au moment où la fédération tente de développer la pratique du beach tennis, le club s’engouffre dans la brèche et crée deux terrains. Jean explique :

« Dès qu’ils ont lancé le beach à la FFT… On avait un terrain qui faisait beach volley, on a joué on a trouvé ça sympa. Après on a dit : bah c’est vrai que si on veut faire des tournois, on a des terres battues qui roupillent là-bas, on pourrait les transformer. Donc on a fait venir 12 tonnes de sables, on a passé quelques week-ends à creuser, à faire l’environnement autour, et on a organisé un tournoi homologué (…). Ça marche moins bien que le padel. Après l’investissement est moindre aussi. Forcément, on les a payé en deux ans, surtout la terre et le sable, 12 tonnes de sable ça coûte un prix, globalement 10 000 euros, c’est beaucoup plus saisonnier que le padel, on a une bande d’une douzaine de joueurs qui joue qu’au beach, à l’inverse, ni au padel, ni au tennis ».

Quand on parle de beach à d’autres membres du club, ces derniers n’hésitent pas à évoquer un flop, au sein du TC Sarréville comme à l’échelle nationale, et notent une décision qui a à peine été assez réfléchie avec l’ensemble des membres de l’association. En conséquences, ces adhérents ne cachent pas la présence d’un certain scepticisme au sein du club, notamment chez les enseignants, au moment où le comité directeur décide d’investir dans des courts de padel en 2015.

Plusieurs membres du club découvrent la discipline cette année-là. Le TCS accueille la National Tennis Cup, tournoi par classement avec des phases qualificatives en région et une phase finale au cap d’Agde. Chaque année, plusieurs membres du club se rendent sur les lieux de la phase finale. En 2014, des terrains de padel y sont installés en marge de la compétition et plusieurs joueurs du club découvrent la discipline. C’est le cas du président, mais aussi de Thomas, alors joueur de tennis au TC Sarréville, classé en seconde série, n’ayant jamais pratiqué le padel jusqu’ici et s’investissant rapidement ensuite dans la discipline. Au-delà de la découverte de la discipline, le président explique la rencontre avec le constructeur Kaktus Padel – constructeur important de terrains en France ces dernières années. La rencontre se passe bien et la réflexion naît pour installer des terrains de padel. Dans la communauté urbaine dont fait partie Sarréville, les premiers terrains émergent également à cette période avec la construction de courts dans un premier club de tennis et le développement d’une structure privée marchande spécifique au padel. Ces investissements apparaissent alors à une période où la question de la diversification des activités traverse un grand nombre d’associations sportives sous des formes différentes2. Avec une volonté de pérenniser la professionnalisation de ses nombreux enseignants, et un nombre de licence qui s’érode, le monde du tennis est au cœur de ces réflexions et certains dirigeants voient le padel comme une opportunité.

En juin 2015, deux courts sont construits au TC Sarréville sur fonds propres. Les dirigeants hésitaient à n’en construire qu’un. Le choix s’est alors fait dans la perspective d’un développement important passant notamment par l’organisation de compétitions. Après quelques hésitations avec la municipalité et la difficulté juridique d’installer des courts financés par le club sur des infrastructures appartenant à la collectivité, les courts sont finalement construits par le biais d’un prêt de deux ans, entièrement à la charge de l’association : « On a dit, on finance pour deux ans avec objectif de les rembourser et de débriefer quand ils seraient remboursés » raconte Jean. L’absence de soutien de la municipalité n’est pas propre à Sarréville. Dans une ville voisine où un projet similaire a vu le jour, le président du club de tennis souligne également des débats vains avec la municipalité et un financement sur fond propre avec un prêt de 12 ans. En fonction des moyens des clubs, la durée d’endettement et les risques qui y sont liés diffèrent donc.

Des adhérents et des cours.

L’installation des courts au début de l’été 2015 fait rapidement naître une émulation au sein du club de l’avis tant de Jean que de Thomas. Des animations voient le jour avec « Les vendredi du padel », des premiers tournois homologués sont mis en place. Dès la première année, une soixante de joueurs est répertoriée au sein du club avec, selon le président, une proportion de 80 % des joueurs issus du club de tennis, et 20 % n’ayant pas de lien au club. À l’été 2018, le club compte entre 110 et 120 adhérent.e.s padel dont une quarantaine uniquement padel. Jean explique la mise en place rapide d’un système de double cotisation : « Les adhérents tennis ont une adhésion padel à un prix adhérent tennis, individuel ou famille, et les adhérents extérieurs ont une adhésion padel, avec licence ou sans licence s’ils sont licenciés ailleurs. Pareil, en individuel ou famille. »

La structuration et l’envie de développement entraîne en conséquence la volonté de proposer une offre d’enseignement. Pour cela, le président sollicite Antoine, enseignant de tennis arrivant au club à la rentrée 2016, un an après l’installation des courts. Antoine sort d’une année d’enseignement dans une académie de tennis dans laquelle il avait découvert le padel et joué quelques fois sans être particulièrement intéressé. Il explique son hésitation à s’investir dans la pratique au départ et son acceptation de la proposition du président pour dépanner et sous condition :

« Moi, ça me branchait pas. En toute honnêteté, je lui ai dit, ‘je veux bien dépanner 2/3 heures, mais je suis dans le tennis, j’aime bien jouer au padel, mais c’est pas ce qui me motive’. Au moment de démarrer l’année, je rediscute avec lui et lui dis : ‘écoute c’est un sport que je ne connais même pas, je veux pas démarrer cette année. C’est comme au tennis : un mec qui commence le tennis, on va pas lui faire donner des cours, donc moi je veux découvrir le sport, me donner une année pour passer la formation et puis pour vraiment découvrir le sport de l’intérieur, pour m’entraîner, m’initier ensuite refaire de la compétition, monter en classement pour être un peu plus crédible au niveau des gens’. Donc voilà, si je le fais, je veux m’y investir correctement, je veux pas le faire par dessus l’épaule. Donc l’année qui vient de passer, la saison 2016/2017 je m’en suis servi vraiment pour m’initier, donc au départ j’allais jouer vraiment pour des copains, qui jouaient, qui me disaient “aller faut qu’on aille jouer”. J’allais un petit peu à reculons dans le sens où je sentais que c’était pour me développer professionnellement »

A force de jouer, Antoine se prend au jeu et se met à s’entraîner. En parallèle, il passe le module padel proposé par sa ligue pour les diplômés d’État de moniteur de tennis. La formation s’étale sur quatre journées (des débats sont actuellement en cours pour l’instauration d’un diplôme d’État de moniteur de padel). À la suite de la formation, Il propose des stages au sein du club de Sarréville durant l’été 2017 : « ça a plutôt bien marché dans le sens où on a pas fait énormément de com’, on a eu ne vingtaine de personne sur l’été sur trois semaines, en sachant qu’on bloque à 4 par créneaux, donc c’était plutôt correct ». Dans la continuité de ces stages, des cycles de dix séances d’une heure sont proposés à la rentrée 2017. Antoine explique que les premiers créneaux se sont remplis vites et d’autres, non prévus, ont été créés pour dix huit joueurs. Les cycles sont proposés de septembre à décembre, et de mars à mai, en extérieur.

Des tensions au sujet de la politique associative et du positionnement dans l’espace du padel.

L’institutionnalisation du padel au sein du club fait naître rapidement des débats sur la politique associative. Investis dans la discipline, Antoine et Thomas imaginent en effet la structuration d’une pratique compétitive et d’une école de padel au sein du club, mais aussi un réhaussement des tournois accueillis, avec des p250 et des p5003 afin de faire de Sarréville « une plaque tournante du padel ». De son côté le président du club semble, selon Antoine, préférer un développement plus lent :

« Toutes mes réflexions sont axées vers le: comment faire pour que le niveau soit meilleur, et j’en ai parlé avec Jean en début d’année , moi je lui avais dit, ‘je veux absolument un cours d’une heure et demi, qui sera cours compétition, où c’est moi qui choisis les joueurs, qui envoie les invitations aux joueurs. Les joueurs disent oui ou non, mais un court d’une heure et demi aux gens choisis par le club, comme au tennis’. Il me répond ‘oui oui, pas de souci, pas de souci’ et puis arrivé septembre, le mardi normalement, on finit à 22h le soir, je finissais à 20h30 le tennis, je dis “ok c’est parfait, on fait un créneau d’une heure trente”, et là il me dit “oui, mais tu comprends, faut d’abord asseoir une base de loisir” j’ai essayé de lui faire comprendre que la base de loisirs il l’avait déjà en termes de % dans le sens où on avait 4 créneaux loisirs ».

Les questions du rapport entre loisir et compétition ne sont pas spécifiques au padel. Au sein du TC Sarréville, elles sont aussi visible au niveau du tennis. Waser4 montre d’ailleurs que c’est un réel enjeu de controverses dans l’histoire des clubs de tennis. Le président parle alors de l’importance de bien structurer une première étape, avant de discuter la nécessité de passer à une deuxième étape. Cette controverse met en aussi en évidence des positionnements différents en matière de développement de la pratique entre des enseignants professionnels salariés, des compétiteurs et des élus du comité directeur bénévoles.

Avec la notion de « plaque tournante », Antoine fait fait apparaître aussi un enjeu de positionnement du club par rapport aux autres structures privées marchandes ou associatives dans l’espace local. La ligue du TC Sarréville compte plusieurs clubs de tennis investissant le padel. Les enjeux de concurrence et de coopération entre ces structures sont donc forcément présents mais ne sont pas un problème selon Jean. Le président du TCS voit ce développement multi-situé comme une opportunité plus qu’un risque, en rappelant qu’il y a peu d’enjeu de rentabilité autour des courts investis dans le monde associatif: « Plus d’infrastructures, plus de joueurs, plus de gens qui tournent, aujourd’hui ça ne me traumatise pas. Si ça pouvait me traumatiser, c’était avant qu’ils soient payés. À partir du moment où ils sont payés, par rapport au club, au pire demain plus personne joue au padel, c’est pas grave, si plus personne joue, on les couvrira pas. Les padels vivront leur vie et puis voilà, mais aujourd’hui c’est pas grave, on craint rien ».

Derrière l’idée de couverture des terrains, le président évoque l’importance de pouvoir jouer toute l’année dans une région où les hivers sont froids et pluvieux. La recherche d’un terrain d’entente avec une structure privée marchande installée en 2017 à quelques kilomètres de Sarréville et possédant plusieurs cours intérieurs vient s’inscrire dans ce contexte. Jean explique ainsi qu’il aimerait quelque chose de particulier permettant aux personnes de son club de bénéficier des installations de la structure privée marchande. De son côté, Stéphane, le gérant de la structure indique la possibilité de construire des partenariats avec les clubs aux alentours, ajoutant l’existence de discussions autour d’une synchronisation des tournois entre les structures, et de liens avec d’autres clubs n’ayant pas de courts de padel. Toutefois il explique que ces liens seront génériques, et qu’il y aura pas de partenariats spécifiques avec tel ou tel club :

« Jean propose une collaboration, je suis ouvert à la discussion. Maintenant pour avoir réfléchi à ça, le premier aspect, c’est pourquoi faire quelque chose de particulier. Plus j’y réfléchis, moins il y a de logique (…). Il y a une multitude de solutions pour utiliser mes terrains, à prix négociés, parce que c’est la problématique. Là il se trouve qu’avec Velise-les-eaux on a réfléchi et le président m’a dit “écoute, nous on a pas envie de construire des terrains de padel, mais on a envie de proposer le service à nos adhérents. Moi je bosse sur la partie tennis, compétition, jeunes filles, qu’est-ce que tu pourrais nous proposer ? » Et du coup, on a fait un tarif négocié du vendredi soir au dimanche soir. Ils ont un tarif, une réduction sur le proshop. c’est une solution que je suis susceptible de proposer à tous les clubs de tennis, y compris à Sarréville. »

Chifflet5 explique qu’en fonction de leurs dispositions et de leur position, les acteurs du monde sportif ne se réfèrent pas aux mêmes valeurs et en conséquences ne s’inscrivent pas dans les mêmes logiques d’action. Si on laisse de côté les dispositions des acteurs qui seraient intéressantes à creuser par ailleurs, nous voyons que les différentes positions de Stéphane et Jean dans l’espace local du padel les amènent à défendre des intérêts et des logiques de coopération assez différents. Si les deux acteurs cherchent à développer le padel en général et pour la structure dans laquelle ils sont investis en particulier, les enjeux diffèrent entre d’un côté, une volonté de créer des opportunités de pratiques pour les adhérent.e.s d’une association via un un partenariat spécifique, et de l’autre, un nécessité de gérer une structure marchande avec des contraintes économiques et des sollicitations multiples en provenance de l’extérieur.  Dans son propos, Stéphane refuse ainsi une logique partenariale différenciée avec chacun des clubs et réfléchi pour le développement de sa structure à une position plus générique pouvant être adoptée pour l’ensemble des clubs de tennis6.

Ces phénomènes de coopération mettent alors en évidence la manière dont le président du TC Sarréville cherche à se positionner dans ce que nous pouvons appeler, en paraphrasant Faure et Suaud7, l’espace d’offre du padel. Cet espace local est en pleine construction à la fin des années 2010 et est intimement lié à l’espace d’offre du tennis. Le cas du club de tennis de Velize-les-eaux rappelle cette porosité entre les deux espaces. Sans installer de courts de padel, des associations cherchent à proposer à leurs licenciés une offre dans la discipline. Aussi, l’enquête montre que de nombreux terrains de padel sont construits dans les clubs de tennis, souvent même sur des courts de tennis, réduisant le nombre de ces derniers. L’offre se transforme donc et les associations sont amenées à repenser leur organisation et leur équilibre Tennis/Padel. D’ailleurs, en septembre 2018, Antoine explique qu’il se verrait assez rapidement enseignant de padel à plein temps au sein d’un club de Sarréville donnant à la discipline une place toujours plus importante.

  1. Le club, la ville et les noms des personnes ont été anonymisés []
  2. Honta et Illivi montrent par exemple comment des associations investissent les politiques publiques de santé. Voir Honta, M. & Illivi, F. (2019). Le prix de l’innovation : capacités des opérateurs et réception des programmes de lutte contre la sédentarité. Innovations, 60(3), 201-222. []
  3. Au moment de l’enquête il existe 4 catégories de tournois : p100, p250, p500 et p1000. En 2019, une catégorie p2000 a été créée. []
  4. Waser, A.M. (2004),Sociologie du tennis. Genèse d’une crise (1960-1990). Paris, L’harmattan []
  5. Chifflet, P. (2003), L’acteur et le système sportif. In Gasparini, W. (dir.), L’organisation sportive (29-47). Paris : éditions revue EPS []
  6. Ces réflexions en termes de coopération privé/public interroge par ailleurs quant au poids des logiques marchandes sur le sport associatif. D’une logique d’adhésion à l’association donnant accès aux installations, les adhérents du club se retrouvent à payer un droit d’entrée horaire, même si celui-ci est avantageux. []
  7. Faure, J.-M., Suaud, C., (1989), Espace des sports, espace social et effets d’âge [La diffusion du tennis, du squash et du golf dans l’agglomération nantaise], Actes de la recherches en sciences sociales, 79, 2-20, p.4. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.