Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

Le 1er avril, un peu plus de deux semaines après le début du confinement de la population, Le Monde et Les Echos titraient au sujet des conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus sur l’économie du sport. Reprenant les premières données produites par le Ministère des Sport, l’Union sport et cycle, ou encore par Cosmos, les deux journaux citaient des milliards d’euros de pertes pour le secteur sportif français professionnel et amateur. Ces chiffres provisoires sont difficilement lisibles, d’abord car il apparaît difficile d’avoir une définition claire de ce qu’est l’économie du sport et de ce qu’elle englobe, ensuite car il semble illusoire de déterminer la réalité économique d’un secteur en pleine crise dans laquelle se jouent de nombreuses négociations, par exemple autour des droits de retransmission du sport professionnel. L’autre problème apparent de ces données est la volonté de proposer un chiffrage et une analyse globale pour une économie qui, lorsqu’elle est définie, revêt encore des réalités très diverses, notamment en matière d’emploi1, et difficiles à appréhender à travers ces larges enquêtes. À ce niveau, l’article du Monde évoque de nombreuses fédérations n’ayant pas remonté de chiffrages au Ministère des Sports. En parallèle, les enquêtes de l’Union Sport et Cycle et de Cosmos auprès des structures évoquent, entre autres, des pertes de chiffre d’affaires importantes, un recours à l’activité partielle et une forte demande de soutien pour des mesures de chômage partiel, mais ne saisissent pas les éventuelles inégalités entre les structures, ni les façons concrètes d’affronter cette crise par le secteur sportif et ses acteurs.

Ces articles et enquêtes ont néanmoins le mérite de mettre en évidence les problématiques du sport amateur, de l’économie des loisirs et du monde associatif après plusieurs semaines d’activités médiatiques principalement orientées autour des grands événements sportifs tels que les jeux olympiques et paralympiques, les tournois du grand chelem, ou encore les compétitions internationales de football. Dans la continuité de ces premiers éléments, la lettre du sport produite par le groupe sport.fr évoquait le 2 avril la mise en chômage partiel des travailleurs saisonniers des stations de ski en parlant de « coût social » de l’épidémie :  « Pour [les intérimaires], un accord dérogatoire va permettre que les contrats de travail des saisonniers puissent être maintenus malgré la fermeture des entreprises. Ils donneront droit à l’allocation activité partielle à 84 % du salaire net sans reste à charge pour les employeurs et ce jusqu’au 15 avril » (p.2). Ces lignes sont toutefois à prendre avec précaution tant la situation est plus complexe. Interrogée dans le cadre de cet article le 4 avril, Mathilde, travailleuse saisonnière en station de ski depuis plusieurs années, explique avoir un contrat s’arrêtant le 31 mars et attendre des nouvelles de son employeur pour la suite : « On nous demande d’attendre le 7 avril pour avoir la dernière mise à jour. » En ajoutant « Après, tous les patrons ont fait à leur sauce. ». Confirmant ce propos, Cécile Hautefeuille, dans un article pour Médiapart relève que certains employeurs ont négocié des ruptures conventionnelles avec les saisonniers, entraînant pour ces derniers une perte de droits au chômage. Le cas des stations de ski interroge donc la situation des travailleurs et travailleuses du secteur sportif, et particulièrement des travailleurs et travailleuses précaires. Les enquêtes citées en début d’article évoquent les pertes de milliards d’euros et la mise en place du chômage partiel, mais elles ne disent rien sur la réalité quotidienne des entreprises et des travailleurs.ses qui ne sont pas protégé.e.s par leur contrat. Si elles ne disent rien sur les saisonnier.e.s, elles ne disent rien n’ont plus ni sur les travailleurs et travailleuses indépendant.e.s, dont les auto-entrepreneur.e.s, ni sur la manière dont ces dernier.e.s gèrent cette crise.

Petite sociologie des travailleurs.ses indépendant.e.s face au coronavirus.

Les indépendant.e.s, et parmi eux, les auto-entrepreneur.e.s sont de plus en plus nombreux dans le secteur sportif. Un rapport de Quadra Etude paru en 2018 note que « La création du régime auto-entrepreneur a contribué à renforcer l’attractivité du statut indépendant. (…) la moitié des indépendants du secteur en 2015 se réclament de ce régime ». Le rapport souligne l’augmentation du nombre d’éducateurs ou de moniteurs sportifs sous statut indépendant : « on comptabilise en 2015 plus de 25000 moniteurs indépendants, soit 2,5 fois plus qu’en 2008. (…) en 2015, parmi l’ensemble des professionnels du métier intervenant dans les 6 secteurs du sport, un tiers exercent sous statut indépendant, contre environ 20% en 2008. » (p. 135). Les professionnel.le.s indépendant.e.s sont de plus en plus nombreux et sont souvent les seul.e.s professionnel.e.s exerçant dans de nombreuses structures associatives. Dans un récent article paru dans la revue Sociologie et interrogeant la notion de précarité au regard des éducateurs sportifs salariés à temps partiel, Boutroy, Collinet et Routier2 mentionnent le recours à l’auto-entrepreneuriat et les fragilités qu’il produit en termes de protection et d’émiettement du travail. Les auteur.e.s notent aussi l’ambivalence de ce statut qui au lieu de produire de nouvelles formes de libertés reconstruit souvent des liens de subordination traditionnels, inspirant aux auteur.e.s la formule de « salariés déguisés » reprise à Abdelnour3. En temps de crise comme celle que le secteur sportif traverse au printemps 2020, il est apparu alors nécessaire d’interroger ces problématiques de conditions de travail et d’emploi, de protection sociale et de subordination chez des professionnel.le.s du sport au statut indépendant.

En proposant une description et quelques éléments d’analyse sur la gestion du confinement par les indépendant.e.s du sport, cette enquête n’a pas pour but d’apporter un éclairage exhaustif des situations dans le secteur sportif durant cette crise. Elle vise par contre à amener certains éléments de compréhension quant à la manière de faire face à une crise chez des travailleurs et travailleuses indépendant.e.s, et particulièrement chez les auto-entrepreneur.e.s dont les situations d’emploi et de travail peuvent être très diverses4. Elle cherche ainsi à mettre en évidence les incertitudes traversées par ces professionnel.le.s en matière de protection et de transformation de leur cadre d’emploi, mais aussi certaines nouvelles formes d’activités ou de lien social construits entre les différents acteurs du secteur sportif amateur. Enfin, cette enquête vise aussi à raconter le moment, dans une forme de complémentarité avec le lourd travail mené par certain.e.s journalistes au sujet des travailleurs.ses de différents secteurs, par exemple dans Le Monde sur le travail des enseignants, sur Médiapart sur le travail des postiers ou encore sur Radio Parleur sur le travail des « smicards indispensables au quotidien ». L’article se fonde sur des entretiens téléphoniques relativement courts (15-20 minutes) réalisés entre le 27 mars et le 3 avril avec une douzaine de professionnel.le.s du sport et de l’activité physique exerçant dans différents cadres, mais toutes et tous ayant un statut d’indépendant pour au moins une partie de leur activité. Un seul n’est pas auto-entrepreneur. Il dirige deux sociétés en SAS. C’est en partie pour pouvoir l’intégrer que le terme d’indépendant est privilégié dans cet article. Tou.te.s les professionnel.le.s ont été anonymisé.e.s. Certains documents institutionnels diffusés par les instances olympiques et par la fédération française de tennis sont également mobilisés. De nouveaux entretiens seront réalisés avec ces mêmes professionnels fin avril et possiblement fin mai afin de permettre un suivi longitudinal de la crise sanitaire et du confinement chez ces professionnel.le.s.

Incertitudes suite à l’arrêt de l’activité et sécurité du salariat.

Caractéristique de la situation de nombreux.ses auto-entrepreneur.e.s5, plusieurs des indépendant.e.s interrogé.e.s partagent leur activité entre le salariat et l’auto-entrepreneuriat dans des proportions diverses. Ils peinent toutefois à établir de façon précise cette proportion. Élise, professeure de tennis explique que « ça dépend beaucoup des semaines, des mois, s’il y a des vacances ou non. » Si leur contrat salarié est construit sur un nombre d’heures précises, lissé sur douze mois pour une activité réalisée sur environ neuf, les heures réalisées en tant qu’auto-entrepreneurs sont souvent plus variables en fonction des mois et des semaines, car ils reposent sur les enseignements individuels facturés à l’heure, sur des stages en période de vacances scolaires, ou encore sur des prestations très particulières et aléatoires. Jérôme estime par exemple que son travail salarié représente la majeure partie de son temps de travail. Professeur de tennis également, son statut d’auto-entrepreneur ne concerne que les cours individuels et l’organisation de stage pendant les vacances. Pour ces enseignant.e.s, le début du confinement est géré assez sereinement avec l’assurance du chômage partiel qui leur a souvent été fait à la fin du mois du mars par les dirigeant.e.s des associations dans lesquelles ils exercent. Parfois, après deux semaines de confinement, ils attendent néanmoins encore confirmation comme c’est le cas de Jérôme pour un des trois clubs où il enseigne : « Il y a déjà deux clubs qui m’ont mis en chômage partiel, le troisième était en train de regarder ». Mentionnée chez Boutroy et al.6, la multiplicité des employeurs des éducateurs.trices sportifs.ves est un phénomène qui vient limiter les sécurités liées au statut de salarié en temps de crise puisqu’elle génère la multiplicité de nombreuses démarches administratives, voire de négociations. Dans le cadre de notre enquête, les professionnel.le.s interrogé.e.s évoquent toutefois une proximité relationnelle avec leurs dirigeants bénévoles et une coopération qui se construit sans difficulté apparente. Enseignante en activité physique adaptée et auto-entrepreneure, Élodie évoque quant à elle son travail salarié au sein d’une grande enseigne de distribution d’articles sport et le statut protecteur de son contrat : « c’est l’avantage d’avoir un contrat à côté, malheureusement quand il y a des situations comme ça, ça nous fait quand même un matelas de sécurité pour la suite. » Ainsi, ces protections offertes par le salariat pour beaucoup d’auto-entrepreneur.e.s en temps normal semblent ici renforcées, d’autant plus avec les mesures mises en place par l’État.

Ces protections dont les associations employeuses ont la responsabilité ne permettent pas de pallier à l’arrêt de l’activité réalisé sous un statut d’indépendant. Comme l’indique ce mail de la Fédération Française de Tennis (FFT) à l’intention des enseignant.e.s indépendant.e.s le 30 mars, « l’activité libérale nécessite que vous assumiez complètement les aléas d’une éventuelle inactivité. » Dans ce mail, la FFT invite les enseignant.e.s de tennis à contacter les organismes assureurs et à regarder les mesures mises en place par l’État pour soutenir les travailleurs.ses indépendant.e.s durant la crise. Les professionnel.le.s interrogé.e.s regardent toutes et tous les aides mises en place par le gouvernement et évoquent tou.te.s l’indemnité de 1500 euros mise en place pour les auto-entrepreneurs qui perdraient plus de 50 % de leur chiffre d’affaires. Cette donnée révèle une des incertitudes de la crise avec le caractère fluctuant des mesures annoncées. Le 31 mars, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, indique que la baisse du chiffre d’affaire à enregistrer passe de 70 % à 50 % pour l’accès au fonds de solidarité. Or, cette baisse de 70 % donnant le droit à l’aide était diffusée aux entrepreneurs depuis le 16 mars. Gérant d’une société de crossfit, Baptiste y voyait alors une manœuvre pour éviter d’indemniser les indépendants en mars. Le passage à 50 % risque de résoudre le problème pour les indépendant.e.s du monde fédéral puisque toutes les activités ont été arrêtées le 13 au matin, lendemain de la déclaration du président de la République. Fin mars, avant l’annonce de Bruno Le Maire, Julien, éducateur sportif et auto-entrepreneur pour l’ensemble de son activité, s’inquiétait pour son mois de mars : « Il faut que tu sois dans une perte de salaire d’au moins 70% par rapport à 2019, donc pour le mois de mars j’ai déjà été payé jusqu’au 12, au jour du confinement, si jamais je ne peux pas avoir au moins la moitié des 1500, j’aurais un petit mois. Un mois de 12 jours ». Avec les nouvelles mesures, il pourra peut-être en bénéficier. Julien est par contre serein pour pouvoir bénéficier de ces aides pour le mois d’avril. En parallèle, les auto-entrepreneur.e.s qui sont salarié.e.s à temps partiel en plus d’une activité salariée s’interrogent sur les indemnités auxquelles ils auront le droit. Tou.te.s ont ou comptent regarder dans le détail les possibilités, mais craignent de ne pas pouvoir être indemnisé.e.s. C’est le cas notamment d’Élodie qui a de plus créé son auto-entreprise il y a un an et qui voit son chiffre d’affaires augmenter mois à mois depuis. Bien que des mesures spécifiques soient mises en place pour ce genre de cas (calcul à partir du chiffre d’affaires mensuel moyen), Élodie craint ne pas pouvoir toucher d’aide. Plus généralement, le 4 avril, le site portail-autoentrepreneur.fr expliquait que les seuls salariés exclus directement des possibilités d’aide sont celles et ceux exerçant une activité salariée à plein temps. Ils disent aussi que le montant de l’aide sera égal à la perte de chiffre d’affaires en mars 2020 avec un plafond de 1500 euros. Ainsi, une partie des auto-entrepreneur.e.s exerçant un emploi de salarié à temps partiel devrait pouvoir bénéficier de ce fond.

En parallèle, les indépendant.e.s ayant des locaux avec des loyers à payer sont assez inquiet.e.s des faibles mesures mises en place par l’État et craignent des répercussions de ces charges sur la suite de leur activité. Ainsi, Judith, diététicienne et éducatrice sportive sous le statut d’auto-entrepreneur, évoque cette difficulté au niveau des loyers et relève des mesures insuffisantes selon elle : « Il y a aux alentours de 800 euros qui partent en frais professionnels, donc automatiquement, voilà, si ça, ça ne disparaît pas, où s’il n’y a pas une aide là-dessus… voilà. Après leur histoire de non-prélèvement au mois de mars pour ce qu’on a gagné en février, c’est complètement inutile puisqu’ils vont nous le prélever plus tard donc autant savoir où on en est. » Baptiste rejoint ces critiques. Gérant d’une société de crossfit en SAS, il émet des limites sur le report possible des loyers, notant d’une part qu’il faut l’accord du propriétaire et ensuite que les loyers devront être payés tôt ou tard. En parallèle, ayant des échéances, il relève le soutien et la réactivité des banques et la faible efficacité selon lui des mesures mises en place par l’État : « on a 6 mois de report d’échéances, donc ça, c’est plutôt cool, c’est plutôt bienvenu (…) concernant les flux de TVA et tout ça, c’est des choses qui amènent un peu de souplesse, mais qui ne sont pas déterminantes dans la survie d’un business.»

Adaptations horaires et négociations en cours.

Les inquiétudes relevées par les professionnel.le.s indépendant.e.s entraînent des échanges et des négociations depuis le début du confinement avec les élu.e.s bénévoles et les adhérent.e.s dans le cadre de structures associatives, avec des associé.e.s et des client.e.s dans le cadre de structures marchandes. Ces échanges portent sur la recherche de solutions à la perte de revenus, mais aussi sur la réorganisation et le report éventuel de l’activité. Sur le premier élément, des solutions sont notamment recherchées pour gérer la perte de revenus des auto-entrepreneur.e.s pour le mois de mars s’ils ne parviennent pas à bénéficier du soutien de l’État. Ainsi, Baptiste explique que sa société de crossfit a fait le choix de rémunérer les auto-entrepreneur.e.s avec qui il travaille à l’année. En contrepartie, ils ont fait le choix de ne pas suspendre le paiement des abonnements des clients pour permettre cette rémunération. Pour le mois d’avril, ils ont rendu possible la suspension de l’abonnement sur la base du volontariat expliquant les risques que cela peut entraîner pour la société : « On envoie un mail, ils suspendent leur abonnement s’ils le souhaitent. S’ils veulent être solidaires et continuer à être prélevés, on maintient les prélèvements. C’est un peu à double tranchant parce que si on reçoit beaucoup de demandes de suspension, on risque de manquer de beaucoup de trésorerie et ça pourrait nous faire super mal aussi ».

En parallèle, les auto-entrepreneur.e.s devront réaliser les démarches auprès de l’État pour obtenir des indemnités pour ce mois d’avril. Julien, qui évoquait le risque d’un mois à 12 jours rend compte de discussions semblables avec les dirigeants des clubs où il enseigne pour le mois de mars en expliquant négocier pour éventuellement être payé comme s’il avait fait ses heures, en s’interrogeant toutefois sur la légalité du procédé : « Le club peut m’aider en me payant comme si j’avais bossé, parce que les gens eux ont déjà payé. Après, je ne sais pas, faut faire une fausse facture, après c’est pas la chose à faire. Je ne sais pas comment ça peut se faire si on veut rester dans la légalité ». Dans le cas d’une structure associative ou d’une structure marchande, des questions semblables autour de la gestion de crise sont posées et révèlent aussi des relations d’exclusivité des auto-entrepreneur.e.s à certaines structures qui interrogent les liens de subordination et les formes de salariat déguisé évoquées en amont. Ces cas mettent par contre en lumière des modalités de financement des structures assez différentes. Quand les adhésions et les enseignements sont payés dans le monde associatif principalement en début de saison pour l’intégralité de cette dernière, les structures privées marchandes ont tendance à fonctionner avec un système d’abonnement mensuel ou de paiement à la prestation. Ainsi, pour beaucoup d’associations, la crise du coronavirus entraînera des pertes si des remboursements doivent être effectués envers les adhérent.e.s pour les enseignements non fournis. À ce niveau la plupart des professionnels espèrent que les adhérent.e.s seront solidaires dans une crise vécue par toutes et tous et ne demanderont pas de remboursement. Ainsi Marc qui gère une école de tennis explique : « de toute façon je pense que les parents avec qui je suis très bien, quasi la totalité vont comprendre, c’est un sujet sur lequel on est tous concerné. Il y a pas de problème, on comprend tous la chose ».

Dans le cadre associatif, des échanges entre éducateurs.trices sportif.ve.s et dirigeant.e.s mènent aussi à des réflexions pour rattraper les enseignements non réalisés durant le confinement. Ainsi, certains réfléchissent à repousser la fin d’année pour rattraper les semaines perdues. Alors que les activités d’enseignement s’arrêtent dans les clubs généralement début juin, l’idée d’une poursuite de l’activité jusqu’à début juillet fait son chemin chez plusieurs professionnel.le.s. Le choix dépend aussi de l’organisation de sa micro-entreprise et des liens qui sont construits avec le club. Ainsi, Marc, professeur de tennis, auto-entrepreneur et payé directement par les joueurs.ses et les familles en début d’année pour l’ensemble de la saison (sans intermédiaire), réfléchit à repousser la fin de ses enseignements : « Je pensais arrêter début juin, bah j’arrêterai, je crois j’ai regardé, ça doit tomber au mercredi 1er juillet avec des journées peut-être un peu plus d’animation, avec des gamins qui au lieu de venir 1h15, 1h30, vont rester toute l’après-midi avec moi». Guillaume, de son côté évoque la réflexion d’une reprise plus tôt en septembre la saison prochaine pour compenser les séances non faites en mars et avril. En parallèle, Julien estime que c’est aux présidents des clubs dans lesquels il est engagé de prendre ces décisions avant de voir s’il peut se rendre disponible. À ce niveau il note d’ailleurs les carences managériales des dirigeants d’un des deux clubs, évoquées dans la littérature7, et ressortant relativement peu dans le cadre de notre enquête. Encore une fois, les entretiens révèlent des réalités d’emploi très différentes pour ces trois enseignants. Julien est financé par l’association et en attend les directives, Marc est financé par les pratiquants et décide de la réorganisation, et Guillaume quant à lui, en tant qu’enseignant principalement salarié participe avec ses dirigeants à la réorganisation. Par contre, pour ces trois enseignants, les vacances d’avril étaient synonymes de stages. Ils estiment tous les trois que leur non-tenue vont entraîner une perte sèche, qu’ils espèrent combler par les aides mises en place par l’État.

Une reconfiguration des activités en attendant l’après.

L’enquête auprès de ces professionnel.le.s permet de mettre en exergue certaines reconfigurations de l’activité. Si personne ne maintient une activité semblable à celle qu’ils ont en dehors du confinement, il ne s’agit pas pour autant d’un arrêt de travail total pour la plupart d’entre eux. D’abord, car arrêté.e.s, plusieurs éducateurs et éducatrices expliquent avoir désormais du temps pour réaliser une activité complémentaire d’auto-formation ou de préparation de séances. C’est le cas d’Élise qui explique mettre son temps libre à profit : «  J’en profite pour aller sur des sites, voir ce qui se passe, ce qui se fait, replonger un peu dans les bouquins, voilà les trucs que je n’ai pas forcément l’habitude ou le temps l’envie de le faire surtout par manque de temps, j’en profite pour faire ça ». C’est le cas d’Élodie, enseignante en APA qui explique prendre le temps de se construire des outils d’enseignements tels que des cadres de séances :  « Ce que j’essaye de faire actuellement c’est de mettre de l’ordre aussi. J’essaye de me constituer des séances. Bon faut toujours les adapter par rapport aux patients qu’on aura dans les groupes, mais ça me permet d’avoir une structure. » Travaillant en auto-entrepeneure avec le comité régional olympique dans le cadre d’un dispositif sport santé, Élodie maintient aussi une partie de son activité rémunérée, car réalisable à distance: « Je fais des bilans téléphoniques par rapport au dispositif, par rapport aux nombreux bilans que j’ai réalisés, ça nous laisse un peu plus de temps pour pouvoir rappeler les patients. Ça nous permet aussi de savoir si eux ont entrepris une activité physique pour ceux que je ne suis pas en groupe, savoir s’ils font du sport, savoir s’ils n’en font pas, car ça aussi c’est important ça peut être un levier pour nous pour débloquer des situations plus tard, aussi à côté (…) Après avec ma correspondante on a un dossier. Moi je lui mets la majorité des bilans téléphoniques que je fais et après c’est elle qui crée les données. »

Institué et reconnu au sein d’un dispositif qui accompagne des personnes en affection de longue durée, le travail relationnel avec les pratiquants est visible sous d’autres formes chez l’ensemble des indépendant.e.s interrogé.e.s. Dans les associations, les éducateurs .trices maintiennent des liens avec au moins une partie des jeunes et des adultes et proposent des programmes à distance bénévolement, par exemple sur du renforcement musculaire. Marc explique ainsi faire valoir le côté humain : «  À un moment je suis arrêté, je suis en chômage partiel (…), donc là c’est humainement parlant, ils savent que je suis dispo. Ça va pas rentrer dans mes critères d’entraîneur de tennis, c’est le côté humain. Le gamin m’a dit « je peux pas rester un mois et demi à rien foutre qu’est-ce que je peux faire » (…), je lui ai fait tout un petit programme et lui ai dit ‘comme ça si on reprend au mois de mai, tu seras opérationnel et puis t’auras pas perdu ton temps’ ». Cet engagement associatif bénévole des salariés est fortement documenté. Ainsi Chimot et Schotté8 notent que dans les organisations sportives « les salariés sont aussi de par leur vécu antérieur et leur attachement présent, habités par une foi dans le sport qui contribue à affaiblir les frontières entre engagements professionnel et bénévole » (p. 103). De leur côté, Walter et Falcoz9 décrivent une logique professionnelle qui « sous-entend de dépasser le simple exercice du métier en s’engageant au-delà en termes de disponibilité, de dévouement et de désintéressement » (p. 82). Si ces travaux se concentrent sur les salariés, ces logiques semblent également être à l’œuvre chez les auto-entrepreneur.e.s exerçant dans le milieu associatif. Un décalage apparaît par contre chez les travailleur.e.s indépendant.e.s impliquées dans le secteur privé marchand. Cité plus haut, Baptiste a proposé des séances d’entraînement de crossfit gratuites sur Facebook et Instagram dans le cadre de sa société. Dans ce cadre, il s’agit d’abord de justifier le prélèvement des abonnements pour mars, et espérer un nombre faible de demandes de suspension pour avril. Il s’agit aussi de maintenir un lien dans un cadre commercial.

Baptiste ne croit par contre pas à la possibilité de monétiser cette activité en ligne. Sur ce point, il est rejoint par Judith. Cette dernière explique pour sa part réussir à maintenir une part de son activité de diététicienne à distance, mais peine à voir comment son activité d’éducatrice sportive pourrait l’être, notamment en raison du nombre important d’éducateurs.trices sportif.ves qui diffusent des vidéos en ligne gratuitement. « Avec tout ce qui se fait gratuitement partout sur internet, en sport, à l’heure actuelle, vous suivez ou vous suivez pas la personne que vous avez l’habitude de suivre, ils vont forcément trouver une activité quelque part (…). Même au regard de mes collègues, ils font des vidéos en ligne gratuitement donc à partir de là.. Aucun coach ne peut être rémunéré au niveau de son travail en cette période puisque les personnes vont préférer suivre une séance gratuite à n’importe quel moment où ils le souhaitent. »

Se mettant à distance de cette idée, Thomas, coach sportif et auto-entrepreneur à temps complet auprès de partenaires divers (associations, entreprises, particuliers), explique tenter de construire une activité rémunérée depuis le début du confinement : « J’ai réussi pas mal à m’adapter. La plupart des assoc’ et des entreprises et clients particuliers, je travaille en visio-conférence, ça demande un peu des adaptations. Je fais des exercices en visio-conférence, j’ai trouvé un système qui fonctionne pas trop mal avec ça, et puis du coup j’ai réussi à peu près à conserver une activité, qui est quand même réduite, mais qui n’est pas nulle. » Thomas explique alors réussir au bout de deux semaines de confinement à construire un emploi du temps d’une vingtaine d’heures de cours en visio-conférence. Il parle aussi des frais que cette reconfiguration a entraînés par la nécessité d’acheter une application lui permettant de mieux travailler, précisant qu’elle lui coûte toutefois moins cher que ses frais d’essence habituels. Espérant accroître son temps de travail au fur et à mesure du confinement, le récit de Thomas rappelle le travail relationnel des éducateurs.trices sportifs.ves impossible à mettre en place par une vidéo diffusée gratuitement pour toutes et tous sur un réseau social. Il montre aussi la manière dont la capacité à maîtriser les outils numériques peut être une ressource dans une période de confinement, et être aussi producteurs d’inégalités chez les professionnels du sport, à l’image de ce que montrent les journalistes Camille Bordenet et Léa Sanchez dans différentes sphères de la vie sociale pour un article du Monde.

Enfin le cas de Thomas est intéressant sur le plan pédagogique et sur ce que c’est qu’enseigner l’activité physique. Au-delà de la perspective relationnelle mise en lumière par d’autres indépendant.e.s, le travail et les propos de Thomas mettent en évidence les limites d’un enseignement à distance malgré la maîtrise des technologies : « Ça change le contenu. Comme je fais de la marche nordique, c’est compliqué chez les gens de leur demander dans leur salon. Le running c’est pareil, donc on travaille sur du renforcement musculaire essentiellement, avec du petit matériel puisque les gens n’ont pas forcément des poids, pas forcément d’élastique, ils n’ont pas de coussin pour faire de l’équilibre, mais ils ont des petites balles, etc. Donc on arrive à faire un peu de coordination pour varier, mais c’est clair que ça limite la pratique, puisque de toute façon on ne peut pas faire autant de choses en intérieur qu’en extérieur, mais on innove, on prend des sardines, on regarde ce que font les collègues, on trouve des idées on s’inspire. Mais ça remet en question la façon de travailler, dans les comportements, dans les corrections, ce n’est pas évident. Il faut que les gens soient bien face à la caméra, etc. ». Cet exemple met ainsi en question l’intérêt d’une proximité physique pour l’enseignement de l’activité, notamment pour une meilleure maîtrise des enjeux corporels, spatiaux et matériels et semble mettre en évidence qu’un enseignement à distance de ne peut être pensé que pour combler des impossibilités.

Précarité acceptée et perspectives du déconfinement.

Boutroy, Collinet et Routier10 écrivent au sujet des conditions d’emploi des éducateurs et éducatrices sportif.ve.s que « l’instabilité peut alors générer une inquiétude et un fort sentiment de vulnérabilité (Paugam, 2000)11 mais qui reste d’une certaine manière pensé comme « normal » dans les règles du secteur ». Tou.te.s les professionnel.le.s indépendant.e.s interrogé.e.s vivent une situation forte d’instabilité qui produit de nombreuses incertitudes. Pourtant, dans leur propos, l’inquiétude est toujours relativisée et peut sans doute être interrogée au regard de cette « normalité » évoquée par les auteurs. Le contexte de crise sanitaire et l’augmentation importante du nombre de cas de personnes hospitalisées et de décès au moment des entretiens jouent forcément aussi un rôle dans cette capacité à prendre du recul. Plusieurs expliquent comme Marc au sujet des risques de pertes financières que «si on ressort tous du confinement en bonne santé, à la rigueur j’en ai rien à secouer». Enfin, fin mars tous les indépendant.e.s interrogé.e.s voient la fin du confinement et la reprise de leur activité habituelle au plus tard à début mai et un arrêt de leur activité ne dépassant donc pas six ou sept semaines. Cette perspective de reprise plus ou moins datée au moment de l’enquête participe sans doute aussi à cette sérénité apparente, notamment pour ceux qui anticipent un rattrapage des enseignements en juin. Les décisions politiques autour du déconfinement, sa date et ses conditions pourront alors être venir ré-interroger les incertitudes que ces travailleurs et travailleuses indépendant.e.s rencontrent à travers cette crise sanitaire et économique.

  1. Chevalier, V. & Pégard, O. (2016). L’emploi sportif : fabrique d’une illusion, fabrique à illusions. Marché et organisations, 27(3), 15-29. []
  2. Boutroy, E., Collinet, C. & Routier, G. (2020). Précarité professionnelle dans les emplois d’éducateur sportif à temps partiel. Sociologie, vol. 11(1), 23-37. []
  3. Abdelnour, S. (2017). Chapitre 4. Des auto-entrepreneurs pas si autonomes. Dans Moi, petite entreprise: Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité (pp. 169-194). France: Presses Universitaires de France. []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. []
  6. Op. Cit. []
  7. Boutroy et al. Op. Cit. []
  8. Chimot C. & Schotté M. (2006), Travailler dans une organisation sportive. Entre engagement passionné et investissement professionnel, Regards sociologiques, no 32, p. 97-107. []
  9. Falcoz, M. & Walter, E. (2007). Travailler dans un monde de bénévoles : contraintes et limites de la professionnalisation dans les clubs sportifs. Revue internationale de l’économie sociale, 306, 78–91. []
  10. Op. Cit. []
  11. Paugam, S. (2000), Le salarié de la précarité. Paris: PUF []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.