Retourner sur le terrain. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (Partie 2).

Début Avril, lors d’une première série d’entretiens, les professionnel.le.s indépendant.e.s du sport appréhendaient le déconfinement pour début mai et interrogeaient les conditions socio-économiques dans lesquelles ils et elles allaient vivre jusqu’à cette échéance. Les premières aides du fonds de solidarité n’étaient pas encore distribuées. Quelques jours après la parution du premier billet, plusieurs de ces acteurs du monde sportif m’ont signalé avoir bénéficié des aides. En parallèle, au mois d’avril, plusieurs médias généralistes ont commencé à s’intéresser de façon plus détaillée aux travailleurs et travailleuses indépendant.e.s. C’est le cas, entre autres, de l’émission à l’air libre de Mediapart ou de plusieurs articles du monde, ici, ou . À chaque fois, qu’il s’agisse d’artisans, de commerçants, de restaurateurs ou encore de professionnels du soin et du bien être, les journalistes mettent à jour les difficultés à payer les loyers, les négociations avec les banques et les assurances et les questionnements autour des conditions de la reprise d’activité. Les articles relèvent aussi une forte incertitude et des craintes d’un monde d’après impossible à maîtriser.

Dans une interview donnée en ligne au site ses.ens-lyon, Patrick Peretti Watel décrit l’incertitude comme caractéristique majeure des crises sanitaires. Le chercheur parle d’incertitudes sanitaires, mais aussi économiques et sociales. Cette incertitude traversée par les professionnel.le.s indépendant.e.s peut ainsi être replacée dans des espaces sociaux plus larges. En appréhendant les articles autour du sport amateur écrits dans la presse ces dernières semaines1, l’incertitude apparaît comme le maître mot pour l’ensemble des acteurs professionnels ou bénévoles. Si le monde sportif associatif est structurellement organisé pour faire face à des crises sociales et économiques (lourd engagement bénévole, utilisation d’infrastructures publiques) et est soutenu par les mesures mises en place par le gouvernement en matière d’emploi (chômage partiel, fonds de solidarité pour les auto-entrepreneurs partenaires), nombreux de ses acteurs partagent une série d’inquiétudes au moment du déconfinement début mai : au sujet du maintien des adhésions et des engagements bénévoles pour la prochaine rentrée, du soutien financier des collectivités et des sponsors privés, de la durée d’attente avant une reprise réelle dans des conditions d’avant crise. En prenant pour exemple un centre équestre, un article de France Info rend compte début mai des difficultés des clubs ayant des charges récurrentes à payer. Il cite aussi les difficultés d’un club de boxe traversant une phase d’instabilité avant la crise et qui peine à voir de quoi sera fait l’après. Ces cas mis en lumière par les journalistes rappellent aussi la diversité du monde sportif et mettent en lumière les limites des discours trop rapides et généralisants sur les effets de la crise sanitaire sur le monde sportif.

La poursuite de cette enquête vise à compléter les données recueillies durant cette crise par les journalistes, mais aussi à interroger les logiques professionnelles propres au monde sportif, notamment autour des temporalités des métiers.  Ce deuxième billet montre que si les inquiétudes et l’incertitude sont toujours très présentes chez l’ensemble des acteurs, aucun.e des professionnel.le.s interrogé.e.s ne remet en question au moment du déconfinement la stabilité de son activité sur le long terme. Comme chez les micro-entrepreneurs qu’a rencontrés Béatrice Jérôme pour Le Monde, on peut même déceler dans leur propos un certain optimisme sur l’après-crise. Il révèle toutefois de fortes inégalités entre les professionnel.le.s, tant dans la manière de bénéficier des aides publiques que dans le rapport à l’activité distancielle et à la reprise sur le terrain. Sur ces derniers points, le billet montre certaines logiques créatrices à l’œuvre chez certain.e.s professionnel.le.s dans la construction de nouvelles formes d’activités, mais aussi de solidarité.

Ce deuxième billet prend appui sur des entretiens réalisés auprès de onze professionnel.le.s indépendant.e.s du sport. Sept d’entre eux avaient déjà été interrogé.e.s lors de la première partie d’enquête. Quatre ont été intégré.e.s à l’échantillon. Ils sont entrepreneurs ou micro-entrepreneurs. En parallèle, plusieurs professionnel.le.s n’ont pas répondu à mes nouvelles demandes d’entretien. Ils seront sollicités dans quelques semaines pour réaliser un nouvel état des lieux sur leur situation. D’une durée de 15 à 50 min, les entretiens téléphoniques ont été en moyenne plus longs que lors de la première série début avril. Les échanges ont porté sur leur activité professionnelle réalisée ou non en avril, leur situation socio-économique et la manière avec laquelle ils préparent le déconfinement et le début de l’été.

Des indépendant.e.s en recherche de sécurité financière face un soutien inégal de l’État.

Le 9 avril, Bryan m’écrit pour m’informer qu’il a reçu une indemnité en provenance du fonds de solidarité pour le mois de mars. Comme pour plusieurs auto-entrepreneur.e.s, Julien a bénéficié de ce fonds qui lui a permis de maintenir un niveau de salaire comparable à celui de l’année dernière malgré quelques imprévus dans les dossiers. N’ayant pas déclaré ses revenus liés à un stage réalisé pendant les vacances, et ayant en conséquence des revenus déclarés faibles pour avril 2019, il explique avoir opté pour le calcul sur 12 mois proposé par l’État. « On a la possibilité par rapport au chiffre d’affaires de l’an dernier de diviser par 12 pour pouvoir toucher sur tous les mois. Du coup j’ai fait ça sur ce mois-ci, donc je vais gagner 150 euros de plus que ce que j’avais déclaré l’an dernier. Et puis le club m’a dit « écoute si tu veux on peut compenser le fait que tu n’as pas pu faire ton stage vu qu’on te paie pas » ». Les arrangements financiers avec les associations sont évoqués par plusieurs auto-entrepreneur.e.s. Quentin explique ainsi que le club avec lequel il travaille l’a rémunéré comme s’il avait réalisé ses enseignements pour mars avant de demander et de bénéficier de l’aide du fonds de solidarité pour avril. Avec ces différentes sources d’aides, une partie des professionnel.le.s maintiennent un niveau de revenu équivalent, et gagnent même parfois un peu plus que leur salaire net habituel. Cette situation s’explique par des évolutions de contrats et des calendriers scolaires qui évoluent d’une année sur l’autre, et en conséquence, des revenus mensuels qui évoluent avec. C’est le cas de Thomas : « Je gagne même un peu plus, puisque le mois d’avril l’an dernier c’était un mois creux, vu qu’il y avait les vacances scolaires qui étaient un trou chez moi normalement. Ça tombait bien que les vacances d’avril tombent au moment du confinement puisque j’ai une perte de chiffre d’affaires pendant cette période. Finalement ce n‘était pas plus mal ». De son côté, Marc se retrouve aussi avec des revenus supplémentaires en raison d’un changement de mode de calcul de son salaire entre cette année et l’an dernier. Alors qu’il touche plus d’argent en début d’année et moins mensuellement, il a réalisé une demande d’aide afin d’anticiper d’éventuelles difficultés et besoins de remboursement des personnes qui l’ont payé en début d’année. Il rappelle aussi qu’il a payé les cotisations sociales liées à son revenu en début d’année et qu’un remboursement pourrait le mettre dans une situation économique compliquée : «  J‘ai payé toutes mes charges au mois de septembre quand j’ai déclaré (…). Je me dis si toutefois je devais me retrouver à devoir rembourser, ce qui est une hypothèse puisque ce sont des prestations, à cette heure-ci, ça me ferait re-balancer 3000 euros. Donc si faut que je le fasse, je peux te dire que là ça va pas être la même, donc tout ce qu’est fonds de solidarité à cette heure-ci j’y touche pas ». Ces revenus supplémentaires, en comparaison de leur salaire net habituel, sont perçus comme une protection pour les auto-entrepreneur.e.s dans un contexte de reprise d’activité très incertain.

Cette protection n’est pas généralisée. D’autres professionnel.le.s sont plus en difficulté face aux possibilités d’aide. C’est le cas de celles et ceux dont l’entreprise a été créée récemment. Sébastien et Marc-Antoine ont créé ensemble une entreprise d’activité physique adaptée avec des locaux au cœur d’une métropole. Créée en mai 2019, leur activité a démarré lentement en septembre avant de s’accroître semaine après semaine. Quand ils ont voulu regarder s’ils pouvaient bénéficier des aides, ils ont réalisé la particularité de leur situation : « Notre structure a été créée en mai 2019, et on a pas eu d’activité jusqu’à septembre, fin septembre 2019. Donc quand on rentrait pour calculer le pourcentage de perte des entreprises, on était complètement ridicules parce qu’on avait à peine 2/3% de pertes puisqu’il y avait une grosse période où on avait pas travaillé, du coup on s’est retrouvé coincé parce que ça veut dire pas d’aide de l’État ». Dans la discussion, ils expliquent que les toutes jeunes sociétés ont des difficultés avec les mécanismes d’aide : « On fait nos emprunts, etc, et en plus on passe complètement à travers »2. Lançant chacun leur entreprise en 2019, Gilles et Elodie vivent des situations semblables et n’ont pu bénéficier du fonds de solidarité. Ayant fait le choix d’une entreprise individuelle plutôt que de l’auto-entrepreneuriat, Gilles explique que ses revenus sont trop importants en mars, mais espère pouvoir bénéficier du fonds pour avril dans la mesure où il avait déclaré l’an dernier un contrat avec une entreprise. Par contre, il a bénéficié d’une aide de son assurance professionnelle de 1000 euros sans savoir si ce soutien pourra être reproduit. Elodie compense par une continuité partielle de son activité et son emploi en CDD à temps partiel dans une enseigne de vente d’article de sport où elle bénéficie du chômage partiel. Ce contrat s’arrête début mai.

De son côté, Judith, nutritionniste et éducatrice sportive, a eu droit à une aide qu’elle considère insuffisante. Si elle a bénéficié du fonds de solidarité pour bénéficier d’un salaire équivalent à celui qu’elle avait l’année dernière, elle explique que sa difficulté majeure concerne les loyers de ses cabinets : «Là, j’ai eu le droit à l’aide de l’État par rapport à ma baisse d’activité qui était quand même présente, mais aujourd’hui avec ma baisse d’activité en réalité, je préférerais ne pas gagner grand-chose et avoir surtout une aide par rapport aux loyers professionnels qu’on utilise plus ». Jules et Stéphane sont dans une situation semblable en plus du manque d’aide de l’État en matière de revenus. Ils ont obtenu une proposition de report de charge de leurs bailleurs qu’ils ont acceptée. « Eux nous ont proposé assez rapidement (…) « vous nous paierez que la moitié des charges qui vous incombent, (…) et on répartira sur les prochaines factures ». Les bailleurs ont été relativement ouverts à tout ça. »

La permanence de l’incertitude.

Le mois d’avril a généré une montée des incertitudes pour les professionnel.le.s du sport autour de la reprise d’activité et plus généralement de la manière dont cette reprise pourra se faire. Le statut et les conditions d’emploi ne suffisent pas à expliquer le rapport à la reprise. Chez les différents enseignant.e.s de tennis interrogé.e.s par exemple, l’approche de la fin de saison et de l’été est assez différente. D’un côté, Marc et Guillaume se préparent et s’organisent pour une reprise d’activité dans des conditions très incertaines en partenariat avec les joueurs, leurs familles et les bénévoles du club, comme l’exprime Marc: J‘ai déjà eu deux trois parents qui m’ont rappelé (…). Le président chez nous, il communique tous les jours, il envoie des mails à tout le monde pour être le plus précis possible. Donc dès qu’on peut ré-attaquer, moi je remettrais comme je peux les heures avec les jeunes, avec quand même une bonne explication sur tout le protocole qu’il va falloir respecter mais donc ça, c’est ma première reprise c’est sûr. Derrière le collectif, j’adorerai, car il me reste encore un trimestre à faire avec l’école de tennis donc ce qui veut dire, entre huit et dix séances avec l’école de tennis du mercredi. J‘aimerais bien pouvoir réussir à faire début juin les groupes, mais à mon avis ça va être compliqué parce qu’on en parlé hier, quand ils parlent de collectif ça va pas être des cours collectifs dans lequel il y a dix gamins comme c’était en école de tennis, ça va plutôt être des groupes de 3/4 donc si c’est ça, je t’avouerais que ça va être un sacré bordel,  (…) je ne sais pas comment je vais pouvoir recaser tout le monde ». Ce long extrait signale les difficultés des enseignant.e.s malgré leur emploi dans une discipline dans laquelle la fédération met en place un protocole et cherche à favoriser une reprise3.  Également professeurs de tennis, Quentin et Julien apparaissent un peu plus découragés par ce protocole et l’idée d’une reprise possible comme l’exprime l’un d’eux : « Franchement honnêtement, si j’ai envie et si c’est possible je ne sais pas si j’irai tellement c’est galère, de devoir marquer ses balles, si t’en a pas de ton côté, etc. ».

La reprise des activités dans le monde fédéral est le produit d’un travail collectif entre professionnel.le.s, bénévoles, collectivités et partenaires privés. Les infrastructures sur lesquelles sont installées les associations sportives sont pour la plupart la propriété des collectivités territoriales4. La semaine précédant le déconfinement, plusieurs collectivités ont annoncé qu’elles n’ouvriraient pas les équipements sportifs immédiatement. Thomas travaille avec des clubs de handball pour la préparation physique. Quelques jours avant le déconfinement, il apprend que la salle d’un des clubs où il intervient ne ré-ouvrira pas avant août : «  Je travaille en collaboration avec des entraîneurs, notamment dans un des clubs on a été informé qu’on aurait pas accès à la salle avant fin aout donc l’entraîneur, le BE mardi 12 il devait prendre l’extérieur, il va se retrouver sous la pluie c’est ça le problème ». S’il espère la reprise des entraînements collectifs, il sait aussi qu’elle ne pourra se faire uniquement dans des conditions dégradées. Du handball, mais dépendant de la pluie, et sans ballon. En parallèle, plusieurs profs de tennis sont engagés dans des clubs où les seuls courts de tennis extérieurs existants sont en terre battue. Or, la terre battue demande chaque année plusieurs semaines de préparation comme l’explique Guillaume : « Cette semaine, on est en train de refaire les terres battues, là faut encore attendre après une semaine le temps que ça se tasse bien le temps que la terre se durcisse bien, et le président, il va essayer d’aller voir la mairie pour le protocole sanitaire du club, voir si il sera accepté. On espère ouvrir à partir du 18 mai, à peu près quand les terres battues seront prêtes ». Parfois, ce travail est réalisé par des entreprises. La reprise de l’activité dépend donc également du calendrier de reprise de ces dernières.

Pour celles et ceux qui travaillent avec d’autres types de structures, la situation est tout autant incertaine. Théo est enseignant en activités physiques adaptées et auto-entrepreneur sur une partie de son temps de travail. Il a des contrats avec des particuliers, des centres de réadaptations et des associations sportives. Concernant les centres de réadaptation, il fait part de l’incertitude des mises à jour récurrentes :« Alors j’ai eu des échanges il y a deux semaines et là, la fin de semaine on a un nouveau point pour savoir la reprise quand ça va se passer et par quel moyen. ». Concernant les associations, il est très inquiet et ne croit pas à une reprise avant la rentrée scolaire en raison des conditions d’enseignement : « Malheureusement comme c’est des groupes de 20 à 30, j’ai pas de nouvelle du tout, mais j’ai pas prévu que ça reprenne avant la rentrée scolaire. ». Également enseignante en activité physique adaptée et partenaire d’une plateforme régionale sport santé, Elodie ne sait pas non plus quand elle pourra reprendre l’activité au sein de la plateforme sport santé avec des personnes en affection de longue durée, souvent âgées, et donc plus à risques face au Covid-19.

Tou.te.s les professionnel.le.s ont le sentiment début mai que leur activité va être réalisée dans des conditions particulières au moins jusqu’à septembre et la rentrée scolaire. Jules et Stéphane qui fonctionnent sur des tarifications à la séance sur abonnement craignent des difficultés au moment de la reprise : « en gros les gens ils ont un abonnement à finir, ça va tout décaler, au moment de la reprise on va avoir des gens qui vont finir leurs séances et pas renouveler leur abonnement, nous on a pas encore pris en fait un gros coup dans ces mois-ci, ça va être vers les mois de juillet-août-septembre où là on aurait du renouveler des abonnements ». Pour les enseignants du monde sportif, le temps professionnel est souvent organisé en fonction des temps scolaires et des temps de vacances5. Face aux évolutions de la crise, les professionnels ont beaucoup d’incertitudes sur l’organisation de leur été. Benjamin espère pouvoir organiser des stages, mais se demande si les tarifs de ces stages seront bien perçus : « Pour le moment, j’espère encore faire les stages juillet-août. Après, est-ce qu’en juillet, j’aurais le droit d’avoir plusieurs enfants sur un terrain ça ce sera la grande question, là j’enverrai un mail au dernier moment et après est-ce que les gens ils voudront les mettre, sachant qu’ils ont raté plein de cours, est-ce qu’ils vont vouloir repayer un petit truc en plus au prof, je sais pas. Je ne sais pas comment ça peut-être perçu. on a pas joué beaucoup, et là il faut repayer un stage, donc je ne sais pas s’ils le prennent bien, en disant bah oui faut aider le prof ou s’ils se disent, bah il essaye de tirer encore de la tune ». De son côté, Julien organise des stages collectifs sous forme de centre de vacances et de loisirs sur la côte atlantique l’été. Début mai, il a décidé d’annuler ne voyant pas comment ces stages pourraient se tenir devant les restrictions sanitaires actuelles. Ajouté à la non-reprise des enseignements qui a été actée dans son club, l’arrêt de son activité le laisse dans une forme d’incertitude importante même s’il est habitué à avoir peu de revenus l’été : « Je ne sais pas jusqu’à quand ça va durer, je ne sais pas si on aura la même chose pour juin, juillet, août. On verra, en sachant qu’août j’étais déjà à 0 sauf La Baule [Stages], que septembre j’avais qu’une semaine ou deux en fonction des années de revenus. J‘ai déjà géré les autres années avec deux mois à 0 ».

Construction de solidarités professionnelles et attentes de solidarité institutionnelle.

Au moment de sa prise de décision quant à l’été, Julien explique avoir échangé avec plusieurs professeurs de tennis de son secteur qui organisent le même type de stage. Chez les enseignants de tennis, des échanges et des systèmes de solidarités se construisent de façon très informelle pour faire face à cette crise. Comme Julien, Quentin et Guillaume expliquent appeler régulièrement d’autres professeurs de tennis pour savoir comment ils s’organisent. « J’ai appelé Damien aussi pour savoir comment ça se passe dans son club, il m’a dit que c’était compliqué » Plus que des solidarités liées à un statut ou des conditions de travail, ce sont des solidarités propres aux professeurs de tennis qui sont à l’œuvre ici. Parfois, ces solidarités peuvent se structurer au travers de dispositifs préexistants. Ainsi Marc explique la naissance l’année dernière d’un groupe whatsapp d’échanges entre plusieurs enseignants pour cultiver une dynamique de groupe entre des professionnels travaillant seuls dans leurs clubs. Le confinement a transformé cette discussion collective en groupe d’échange sur la crise sanitaire et la sortie de crise : « On s’est vachement resserré les coudes, on s’est vachement épaulé les uns et les autres par rapport au souci qu’on rencontrait ou pas dans les clubs, certaines inquiétudes, ou des communes ou des présidents, on s’informait que chacun des idées avait chez soi. Hier, la visio, voilà on est resté une heure et demie en visio chacun a fait son petit tour en disant : voilà quelle est la décision du président chez vous? Du maire ? Qu’est-ce que toi tu vas faire? Par quoi tu vas recommencer ? Donc là-dessus, nous on s’épaule vachement et chacun a un rôle bien précis dans le groupe c’est ça qu’est sympa (…). On communique tous les jours ». Des solidarités très particulières ont aussi vu le jour entre pratiquants et professionnel.le.s durant cette crise. Une cagnotte a été mise en place par des adhérent.e.s d’une association et a permis la récolte de 650 euros pour Gilles qui ne peut pas bénéficier du fonds de solidarité. Un soutien qu’il présente comme bienvenu au regard de la situation.

Derrière ces solidarités, les échanges évoqués au sein du premier billet entre professionnel.le.s et bénévoles sont toujours présents. Ensemble ils tentent d’organiser la vie future de l’association auprès des adhérents. Avant le confinement, Bryan discutait avec ses dirigeants pour trouver un moyen de baisser le prix des enseignements. Alors que des discussions émergent pour proposer un avoir pour la ou les deux prochaines saisons, ils cherchent des solutions pour malgré tout maintenir la baisse des prix prévue. Le remboursement des cotisations et enseignements est une question qui traverse l’ensemble des clubs et qui interroge les professionnels et les clubs comme le rappelle un article de france info. A ce niveau, mais aussi pour proposer d’éventuelles nouvelles offres de pratiques, Quentin explique que c’est à lui en tant que professionnel de trouver des solutions et rappelle la situation particulière des statuts et missions des professionnel.le.s du sport associatif6  : « Ici, c’est le DE qui doit apporter des choses, être force de proposition. Ce n’est pas le président qui va proposer des choses, c’est à moi de réussir à trouver des solutions. Après, eux s’occupent de la communication ».

En parallèle, certain.e.s professionnel.e.s attendent plus des institutions publiques pour construire cette reprise d’activité. Jules et Stéphane espèrent être aidés pour pouvoir ré-ouvrir leur établissement et attendent un soutien institutionnel. « On a proposé quand même en disant au CROS qu’on pense que c’est possible de faire des bilans en visio au même titre qu’on fait des séances, parce que dans une pièce, ça suffit pour les orienter, c’est tout simple. Ils sont en discussions avec les uns et les autres au sein même du réseau pour essayer de proposer des alternatives (…). Nous, de notre côté, on cherche un contact pour avoir des réponses aux questions qu’on se pose: les questions qu’on se pose c’est : on se retrouve dans la configuration où on est présenté comme salle de sport, les salles de sport n’ont pas le droit de ré-ouvrir mais malgré tout, notre fonctionnement n’est pas du tout celui d’une salle de sport, avec un nombre de personnes qui est limité. Déjà à l’époque on avait pas énormément de monde donc on avait pas des créneaux qui étaient surchargés. On essaye de voir pour présenter « voilà on fonctionne comme ça ». Est-ce que vous accepteriez qu’on redémarre dans telle ou telle situation, qu’on reprenne l’activité en extérieur avec un circuit particulier des clients pour ne pas qu’ils se croisent particulièrement. Voilà, le port du masque obligatoire, les règles d’hygiène, ce qu’on fait déjà, on nettoie le matériel, on fait attention, on a quand même beaucoup de questions et le grand truc c’est savoir à qui poser la question sans avoir à embêter les gens, car on se doute bien qu’à l’ARS ils ont d’autres choses à gérer que la petite entreprise, et la dernière fois que je les avais contactés, ils m’avaient répondu ‘ah ba non l’activité physique n’est pas la priorité, donc non vous reprenez pas’. C‘était la première semaine du confinement, là on se pose des questions : Est-ce qu’on doit appeler la préfecture et où on doit appeler à la préfecture pour avoir la dérogation en fait, je pense sincèrement qu’on est moins dangereux qu’on peut être dans un centre de rééducation. On fonctionne plus comme comme une activité de thérapie, mais notre statut reste salle de sport, c’est un peu compliqué sur notre identité, on a toujours le même problème quand des gens connaissent pas les APA, on se heurte à des choses « ah bah non il faut surtout pas faire de l’activité physique  » alors qu’on fait pas de trucs de groupes à 15 ou 20 personnes. On ne sait pas à quelle personne il faut demander. »

La difficile construction de l’activité en temps de crise sanitaire.

Dans ce contexte difficile, Jules et Stéphane ont décidé très tôt de proposer des activités physiques adaptées à distance par visio, à l’image de Thomas dont l’activité a été présentée dans le premier billet. Ce nouveau cas d’activité distancielle met à jour les difficultés de produire une activité professionnelle à un moment où le confinement est généralisé, et où les professionnel.le.s se retrouvent parfois confiné.e.s en famille et où le besoin d’une connexion de qualité est nécessaire. Jules et Stéphane ont fait le choix de travailler dans leur salle : « Que ce soit Jules ou moi, on a vraiment des connexions internet au domicile qui sont vraiment pas terribles. Il s’avérait que quand on est à la salle on a une nettement meilleure connexion, ça justifie un peu, on essaye de regrouper quand même pour pas venir tous les jours (…) Au départ, on faisait des séances de chez nous et très rapidement on s’est rendu compte que c’était compliqué, Jules est dans une maison avec plein de monde, il ne pouvait pas avoir une pièce pour lui, et ne pouvait pas prendre toute la connexion Wi-Fi, et même, on travaille de 10h du matin jusqu’à 17h, c’est difficile de prendre un endroit, de s’isoler. » Les situations familiales reviennent chez plusieurs professionnel.le.s. Marsault, Pichot et Pierre et (2016) parlent d’un continuum ambigu entre temps de loisir et temps professionnel chez les éducateurs sportifs et une difficulté à séparer de façon claire ces temps7. Cette ambiguïté apparaît d’autant plus forte durant le confinement. Marc, qui tente de maintenir une activité bénévole au sein de son club, explique la difficulté de construire une vidéo pour la préparation physique des jeunes : « Mon président m’a dit ‘ce serait bien que tu fasses une séance de renforcement sur un direct facebook’. Ça fait deux semaines que je dis que je le fais, la séance est prête, mais il suffit que la grande fasse pas la sieste, tu as pas une minute à toi dans la journée, ta femme qui reprend le boulot, qui est au téléphone toute la journée, donc j’ai dit au président « je vais essayer de la faire la séance mais c’est pas gagné », donc j’ai préféré lancé un challenge où tout le monde fait en autonomie, ils postent les résultats et voilà. ». Cette vie familiale peut toucher aussi directement à la reprise de l’activité. Un des auto-entrepreneurs avec un enfant en bas âge ayant des problèmes de santé explique ne pas vouloir prendre de risque et rester confiné encore quelques semaines après le 11 mai. Dans son cas, la mise en place d’une activité à distance devient une solution pour faire face aux enjeux sanitaires de la crise.

Dans des conditions diverses, et comme le premier billet l’indiquait, une activité confinée s’est poursuivie pour de nombreux professionnel.le.s. Elodie qui tournait des vidéos explique s’être mise aussi à écrire des articles pour lesquels elle est rémunérée pour un site internet autour de l’activité physique adaptée. Elle a continué les entretiens téléphoniques pour la plateforme organisant la prescription médicale d’activité physique et gérée par le comité régional olympique et sportif (CROS). Gilles de son côté réalise des séances vidéo qu’il transmet à plusieurs associations avec qui il travaille, ces dernières continuant de le rémunérer. Il réalise aussi des séances bénévolement sur la page facebook de son entreprise. Théo explique mener un travail à distance auprès des particuliers avec un entretien téléphonique en début de semaine puis un envoi de séance à réaliser par mail. Thomas qui avait développé rapidement une vingtaine d’heures d’activités en visio a poursuivi ce travail. Il a maintenu son nombre d’heures chaque semaine et est satisfait du résultat : « je pense que ça s’est plutôt bien passé. Les gens reviennent chaque semaine, ils sont contents à chaque fois. ». Quand je l’interroge sur une éventuelle lassitude des pratiquants, il me cite un groupe de handballeurs qu’il peine déjà à motiver en dehors de la crise sanitaire et à qui il transmet désormais les séances par mail.

L’intégration à l’échantillon d’autres professionnel.le.s développant une activité à distance semble mettre alors en lumière deux types de professionnel.le.s du sport face à la crise sanitaire: Celles et ceux qui ont des certitudes sur le maintien de leur activité, et les autres. La première catégorie est composée de ce qu’on a appelé « salariés déguisés » dans le premier billet à partir des travaux d’Abdelnour8. Ces professionnel.le.s travaillent de façon récurrente année après année avec une ou plusieurs associations et savent que, sauf si la crise se poursuit ou la perte de licenciés est trop forte, leur activité sera maintenue à la rentrée. Les autres ont une multitude de partenaires et clients aux statuts divers (associations, entreprises, particuliers) avec lesquels ils passent souvent des contrats courts calculés en nombre d’heures ou de séances. Ces auto-entrepreneur.e.s ont besoin d’obtenir de nouveaux contrats ou d’en renouveler de façon régulière pour avoir de nouvelles entrées d’argent. Ainsi Judith mentionne cette difficulté en expliquant qu’en avril, elle n’a obtenu que 10 % de nouveaux patients par rapport à une période ordinaire. De leur côté, Jules et Stéphane expliquent la difficulté de décaler les séances avec celles et ceux qui ont pris des abonnements et le risque de n’avoir aucun réengagement au début de l’été.

Ces difficultés mènent aussi à une appropriation de nouvelles formes d’activité. Ils et elles sont plusieurs à voir la mise en place de la visio comme une idée pour l’après-confinement. C’est le cas de Judith, qui explique qu’elle voit des intérêts à la visio pour élargir le spectre horaire des séances, avec toutefois la nécessité d’avoir déjà vu la personne : « Pour les personnes qui rentrent le soir à 19H30, ils veulent se faire une séance le soir à 20h mais moi j’ai plus envie d’être au cabinet à 1h de chez moi. Mais ce sera uniquement pour les personnes qui ont déjà fait une séance d’activité physique avec moi ». Pour Jules et Stéphane aussi, la visio est vue comme une possibilité de prestations nouvelles à proposer après : « C‘est intéressant, c’est une partie de l’activité, on en avait discuté de faire de la visio pour des gens qui ne pouvaient pas se déplacer, par exemple, qui pourraient ne pas venir jusqu’à la salle. Là on s’est rendu compte que oui c’est gérable en cas d’impossibilité, donc on va utiliser ce genre de prestations, c’est largement envisageable ». Comme Judith, ils  associent à cette possibilité certaines limites en termes de durée de séance ou de possibilités d’exercice, en raison du manque de matériel, mais aussi par besoin d’accompagnement physique, d’autant plus important en activité physique adaptée.

Impuissance et réorganisation sportive.

Tous les professionnel.le.s indépendant.e.s du sport sont engagé.e.s dans une des formes diverses de réorganisation de leur activité, soit de façon autonome et indépendante, soit en partenariat avec les bénévoles des associations. Si cette réorganisation est pensée avant tout sur les trois prochains mois (la formule « juin-juillet-août » revient à plusieurs reprises dans les entretiens), elle risque d’avoir des répercussions sur l’organisation du sport de façon durable. Les réflexions sur une évolution des prix sur la ou les prochaines saisons pour compenser l’absence de possibilités de jeu et d’enseignement pour les adhérents, ou encore la volonté de développer une nouvelle offre à distance, montrent la possibilité de conséquences concrètes de cette crise. En mai 2020, il semble toutefois impossible de saisir si ces évolutions seront marginales ou plus structurelles. Les professionnel.le.s du sport eux-même ne font aucun plan définitif sur la suite et l’après confinement. Ils évoquent d’ailleurs leur difficulté à saisir tous les enjeux de cette crise et à comprendre les prises de décision des instances sportives et politiques de façon plus générale. Quand il a décroché son téléphone lorsque je l’ai rappelé, Julien a commencé par me dire : « L’organisation de ce confinement je ne la comprends pas, je trouve qu’il y a des décisions qui sont faites qui sont bizarres. On verra ce qui adviendra, on verra.  »

  1. Des liens vers ces articles sont visibles tout au long de ce texte autour des thématiques abordées []
  2. Dans un article pour France 3 Provence Alpes Côte d’Azur, Louise Beliaeff évoque la difficulté de ces jeunes entreprises au sein d’autres secteurs professionnels []
  3. Le 15 mai, le ministère des Sports publie quatre guides de recommandations et d’accompagnement à la reprise des activités sportives. Ces guides ont été réalisés avec les fédérations sportives, l’ANDES, l’ANDIISS, l’INSEP, l’Agence nationale du sport, le CNOSF et le CPSF []
  4. Falcoz M. et Chifflet P. (1998), « La construction publique des équipements sportifs : Aspects historique, politique et spatial », Les Annales de la recherche urbaine, n° 79, pp. 14–21. []
  5. Voir notamment Guillaud, E. (2017), Faire face au contretemps pour faire son temps, Temporalités, 25. []
  6. plusieurs travaux autour de la confusion des missions professionnelles et bénévoles ont été cités dans le premier billet []
  7. Marsault, C, Pichot, L., Pierre, J. (2016) le temps de travail atypique des éducateurs sportifs: entre contrainte et ressource identitaire. Formation et emploi. 134, 89-105 []
  8. Abdelnour, S. (2017). Moi, petite entreprise: Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité. France: Presses Universitaires de France []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.