Archives de catégorie : Et Caetera

Retourner sur le terrain. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (Partie 2).

Début Avril, lors d’une première série d’entretiens, les professionnel.le.s indépendant.e.s du sport appréhendaient le déconfinement pour début mai et interrogeaient les conditions socio-économiques dans lesquelles ils et elles allaient vivre jusqu’à cette échéance. Les premières aides du fonds de solidarité n’étaient pas encore distribuées. Quelques jours après la parution du premier billet, plusieurs de ces acteurs du monde sportif m’ont signalé avoir bénéficié des aides. En parallèle, au mois d’avril, plusieurs médias généralistes ont commencé à s’intéresser de façon plus détaillée aux travailleurs et travailleuses indépendant.e.s. C’est le cas, entre autres, de l’émission à l’air libre de Mediapart ou de plusieurs articles du monde, ici, ou . À chaque fois, qu’il s’agisse d’artisans, de commerçants, de restaurateurs ou encore de professionnels du soin et du bien être, les journalistes mettent à jour les difficultés à payer les loyers, les négociations avec les banques et les assurances et les questionnements autour des conditions de la reprise d’activité. Les articles relèvent aussi une forte incertitude et des craintes d’un monde d’après impossible à maîtriser.

Continuer la lecture de Retourner sur le terrain. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (Partie 2).

Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

Le 1er avril, un peu plus de deux semaines après le début du confinement de la population, Le Monde et Les Echos titraient au sujet des conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus sur l’économie du sport. Reprenant les premières données produites par le Ministère des Sport, l’Union sport et cycle, ou encore par Cosmos, les deux journaux citaient des milliards d’euros de pertes pour le secteur sportif français professionnel et amateur. Ces chiffres provisoires sont difficilement lisibles, d’abord car il apparaît difficile d’avoir une définition claire de ce qu’est l’économie du sport et de ce qu’elle englobe, ensuite car il semble illusoire de déterminer la réalité économique d’un secteur en pleine crise dans laquelle se jouent de nombreuses négociations, par exemple autour des droits de retransmission du sport professionnel. L’autre problème apparent de ces données est la volonté de proposer un chiffrage et une analyse globale pour une économie qui, lorsqu’elle est définie, revêt encore des réalités très diverses, notamment en matière d’emploi1, et difficiles à appréhender à travers ces larges enquêtes. À ce niveau, l’article du Monde évoque de nombreuses fédérations n’ayant pas remonté de chiffrages au Ministère des Sports. En parallèle, les enquêtes de l’Union Sport et Cycle et de Cosmos auprès des structures évoquent, entre autres, des pertes de chiffre d’affaires importantes, un recours à l’activité partielle et une forte demande de soutien pour des mesures de chômage partiel, mais ne saisissent pas les éventuelles inégalités entre les structures, ni les façons concrètes d’affronter cette crise par le secteur sportif et ses acteurs.

Continuer la lecture de Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

  1. Chevalier, V. & Pégard, O. (2016). L’emploi sportif : fabrique d’une illusion, fabrique à illusions. Marché et organisations, 27(3), 15-29. []

« Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.

Fin septembre, l’AFP publie une dépêche au sujet du volet « activité physique et sédentarité » de l’enquête ESTEBAN (étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition) menée entre 2014 et 2016 par l’agence Santé Publique France. La dépêche est reprise telle quelle par de nombreux médias ou modifiée à la marge, et toujours avec des titres alarmistes : « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France », « trois chiffres inquiétants sur la sédentarité des français », « trop d’écrans, pas assez d’activités physiques ». Les Echos titreront même « on est foutus, on ne bouge plus ». En quelques lignes, chaque article décrit quelques données de l’enquête, essentiellement celles reprises par la dépêche de l’AFP (à priori, peu de journalistes ont pris le temps de lire le rapport) : L’inactivité, la sédentarité et le temps passé devant les écrans augmentent; l’intensité de la pratique baisse pour l’ensemble de la population; les hommes maintiennent un certain niveau d’activité modéré alors que celui des femmes baisse de manière inquiétante toutes catégories d’âge confondues, comme celui des enfants. Si l’enquête apporte des données qui sont les bienvenues pour le champ des travaux sur la santé et l’activité physique, elle est aussi à prendre avec un certain nombre de précautions méthodologiques en partie exposées dans le rapport publié par l’agence Santé Publique France. L’enquête est aussi à prendre dans toute sa complexité car ses résultats soulignent des situations quelque peu différenciées en fonction des catégories d’âge, mais surtout en fonction des diplômes. Enfin, le rapport de l’enquête ESTEBAN donne des préconisations pour améliorer la situation alors qu’en parallèle, il ne donne aucun outil pour expliquer les phénomènes mis en lumière. Il rappelle alors l’importance d’un questionnement sociologique en matière d’activité physique et de santé afin de comprendre les ressorts d’une pratique au quotidien et ainsi permettre de penser, en conséquence, une action politique pertinente.

Continuer la lecture de « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.