Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

Le 1er avril, un peu plus de deux semaines après le début du confinement de la population, Le Monde et Les Echos titraient au sujet des conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus sur l’économie du sport. Reprenant les premières données produites par le Ministère des Sport, l’Union sport et cycle, ou encore par Cosmos, les deux journaux citaient des milliards d’euros de pertes pour le secteur sportif français professionnel et amateur. Ces chiffres provisoires sont difficilement lisibles, d’abord car il apparaît difficile d’avoir une définition claire de ce qu’est l’économie du sport et de ce qu’elle englobe, ensuite car il semble illusoire de déterminer la réalité économique d’un secteur en pleine crise dans laquelle se jouent de nombreuses négociations, par exemple autour des droits de retransmission du sport professionnel. L’autre problème apparent de ces données est la volonté de proposer un chiffrage et une analyse globale pour une économie qui, lorsqu’elle est définie, revêt encore des réalités très diverses, notamment en matière d’emploi1, et difficiles à appréhender à travers ces larges enquêtes. À ce niveau, l’article du Monde évoque de nombreuses fédérations n’ayant pas remonté de chiffrages au Ministère des Sports. En parallèle, les enquêtes de l’Union Sport et Cycle et de Cosmos auprès des structures évoquent, entre autres, des pertes de chiffre d’affaires importantes, un recours à l’activité partielle et une forte demande de soutien pour des mesures de chômage partiel, mais ne saisissent pas les éventuelles inégalités entre les structures, ni les façons concrètes d’affronter cette crise par le secteur sportif et ses acteurs.

Continuer la lecture de Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

  1. Chevalier, V. & Pégard, O. (2016). L’emploi sportif : fabrique d’une illusion, fabrique à illusions. Marché et organisations, 27(3), 15-29. []