Retourner sur le terrain. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (Partie 2).

Début Avril, lors d’une première série d’entretiens, les professionnel.le.s indépendant.e.s du sport appréhendaient le déconfinement pour début mai et interrogeaient les conditions socio-économiques dans lesquelles ils et elles allaient vivre jusqu’à cette échéance. Les premières aides du fonds de solidarité n’étaient pas encore distribuées. Quelques jours après la parution du premier billet, plusieurs de ces acteurs du monde sportif m’ont signalé avoir bénéficié des aides. En parallèle, au mois d’avril, plusieurs médias généralistes ont commencé à s’intéresser de façon plus détaillée aux travailleurs et travailleuses indépendant.e.s. C’est le cas, entre autres, de l’émission à l’air libre de Mediapart ou de plusieurs articles du monde, ici, ou . À chaque fois, qu’il s’agisse d’artisans, de commerçants, de restaurateurs ou encore de professionnels du soin et du bien être, les journalistes mettent à jour les difficultés à payer les loyers, les négociations avec les banques et les assurances et les questionnements autour des conditions de la reprise d’activité. Les articles relèvent aussi une forte incertitude et des craintes d’un monde d’après impossible à maîtriser.

Continuer la lecture de Retourner sur le terrain. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (Partie 2).

Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

Le 1er avril, un peu plus de deux semaines après le début du confinement de la population, Le Monde et Les Echos titraient au sujet des conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus sur l’économie du sport. Reprenant les premières données produites par le Ministère des Sport, l’Union sport et cycle, ou encore par Cosmos, les deux journaux citaient des milliards d’euros de pertes pour le secteur sportif français professionnel et amateur. Ces chiffres provisoires sont difficilement lisibles, d’abord car il apparaît difficile d’avoir une définition claire de ce qu’est l’économie du sport et de ce qu’elle englobe, ensuite car il semble illusoire de déterminer la réalité économique d’un secteur en pleine crise dans laquelle se jouent de nombreuses négociations, par exemple autour des droits de retransmission du sport professionnel. L’autre problème apparent de ces données est la volonté de proposer un chiffrage et une analyse globale pour une économie qui, lorsqu’elle est définie, revêt encore des réalités très diverses, notamment en matière d’emploi1, et difficiles à appréhender à travers ces larges enquêtes. À ce niveau, l’article du Monde évoque de nombreuses fédérations n’ayant pas remonté de chiffrages au Ministère des Sports. En parallèle, les enquêtes de l’Union Sport et Cycle et de Cosmos auprès des structures évoquent, entre autres, des pertes de chiffre d’affaires importantes, un recours à l’activité partielle et une forte demande de soutien pour des mesures de chômage partiel, mais ne saisissent pas les éventuelles inégalités entre les structures, ni les façons concrètes d’affronter cette crise par le secteur sportif et ses acteurs.

Continuer la lecture de Incertitudes et adaptations confinées. Les indépendant.e.s du sport en temps de crise (partie 1)

  1. Chevalier, V. & Pégard, O. (2016). L’emploi sportif : fabrique d’une illusion, fabrique à illusions. Marché et organisations, 27(3), 15-29. []

Itinéraire d’un club de tennis dans l’espace du padel

Au début de l’année 2018, j’ai mené deux longs entretiens (entre 1h30 et 2h) avec l’enseignant de padel et le président du Tennis Club de Sarréville (TCS)1. J’ai mené quelques semaines plus tard un autre long entretien (1h30) avec le dirigeant d’une structure privée marchande de padel installée à quelques kilomètres de Sarréville. J’ai aussi eu des courtes discussions (10-15 minutes) avec plusieurs joueurs de padel et adhérents du club. Enfin, des entretiens ont été menés avec des dirigeants de clubs de tennis voisins ayant aussi installé des terrains de padel entre 2015 et 2017. À partir de ces données, je tente dans ce texte de rendre compte des enjeux de développement de la pratique du padel dans un club de tennis affilié à la FFT.

Continuer la lecture de Itinéraire d’un club de tennis dans l’espace du padel

  1. Le club, la ville et les noms des personnes ont été anonymisés []

Puiseaux, son tennis et ses équipements sportifs. Petite contribution à une histoire du sport rural.

Les travaux au sujet de l’histoire des politiques sportives mettent en lumière une absence de politiques d’équipements au sein du monde rural durant toute une partie du XXème siècle. Petite ville de 3200 habitants au nord du Loiret, Puiseaux et son histoire ne semblent pas complètement coller aux modèles construits par les sociologues et historiens. Avec des équipements construits dès le début des années 1950, le cas de cette petite ville apparaît d’abord comme un cas limite. Toutefois, l’analyse des politiques entreprises les décennies suivantes montre une certaine normalisation du développement de la pratique et des infrastructures à Puiseaux, notamment au regard des phénomènes décrits dans la littérature. L’objectif du texte est alors de revenir sur ces quelques décennies de politiques d’équipements à Puiseaux. Dans la continuité des travaux de Lessard et Shut1, le texte interroge aussi à travers l’étude d’un cas particulier la manière dont s’entrecroisent initiatives locales et politiques nationales en matière d’équipements sportifs. Enfin, en portant une focale particulière sur les équipements liés à la pratique du tennis, ce texte tente aussi d’éclairer de façon plus spécifique la manière dont l’histoire des équipements sportifs est à croiser avec l’histoire plus particulière de certaines disciplines. Continuer la lecture de Puiseaux, son tennis et ses équipements sportifs. Petite contribution à une histoire du sport rural.

  1. Lessard, C., Schut, P.-O. (2016). Les politiques publiques d’équipements sportifs vues à travers quatre villes françaises de 1960 à nos jours. Loisir et société, 39(1), 61–86. []

Le padel : de l’intérêt médiatique à l’intérêt sociologique.

Depuis plusieurs mois, le padel, nouvelle discipline « entre le tennis et le squash », bénéficie d’une exposition médiatique importante. Des journaux quotidiens locaux évoquent l’arrivée de la discipline et l’installation d’équipements sur leur territoire. En parallèle, différents types de médias nationaux proposent des sujets pour présenter la discipline : Un reportage un matin sur BFM, des articles dans Le Point, un autre dans Les Sportives. L’équipe a également abordé le sujet. La presse généraliste et sportive n’est pas la seule à s’intéresser à la discipline. Des articles sont également visibles dans la presse mode. Le padel a fait l’objet d’un long article dans GQ, mais aussi dans le numéro 4 de Generation Millenials. Évidemment, la revue de presse proposée ici n’est pas exhaustive et aurait pu s’allonger. Il faut d’ailleurs noter l’existence depuis plusieurs années d’un média spécifique accessible en ligne: Padel Magazine

Continuer la lecture de Le padel : de l’intérêt médiatique à l’intérêt sociologique.

Tennis : le harcèlement comme habitude

Note méthodologique et rédactionnelle : Ce billet a été écrit à partir de témoignages de joueuses, de professionnelles, de bénévoles, engagées dans le monde sportif, et principalement dans le monde du tennis, qui ont été témoins ou qui ont vécu des expériences de harcèlement ou d’agression ces dernières années. Elles ont relu, retouché ce texte et ont fait le choix de rester anonymes. Ainsi, l’ensemble des prénoms cités a été changé et certains éléments contextuels (statuts d’acteurs, lieu de harcèlement/agression) des situations énoncées ont volontairement été décrits de façon relativement floue.

Agression en direct sur France télévision

Le projet de ce texte démarre durant Roland Garros, en Mai dernier,  lors de l’agression en direct de Maxime Hamou, joueur de tennis professionnel, envers Maly Thomas, journaliste sur Eurosport. Si cette agression détonne par sa gravité, elle n’est pas pour autant  surprenante et semble plutôt illustrer un monde du tennis où les cas de harcèlement et d’agression sont réguliers et le plus souvent noyés, cautionnés, excusés, mis de côté, très rarement sanctionnés. En Mai, il était déjà absurde et déplacé de voir dans le cas de Maxime Hamou les excès d’un jeune joueur ne se comportant pas comme ça habituellement et étant juste ivre comme certains chroniqueurs de télévision ont tenté de l’expliquer. Cet acte pouvait d’abord être replacé dans un système sportif sexiste1, particulièrement à l’œuvre dans le monde du tennis et encore illustré à la fin de l’été par la une de Tennis Magazine, revue française majeure d’actualité tennistique (les médias spécialisés ne sont pas en dehors de ce monde, ils en font partie intégrante).

Il y a quelques semaines, l’affaire Weinstein, le mouvement #metoo et le récit sur les réseaux sociaux par de nombreuses femmes de violences et de cas de harcèlements sexuels rappelaient (si cela était vraiment nécessaire) la régularité de ces phénomènes et leur existence dans l’ensemble des espaces sociaux. Toutefois, peu de cas de harcèlement et d’agression au sein du monde sportif ont été mis en lumière. Tatiana Gutsu ex-gymnaste ukrainienne et Mckayla Maroney ont révélé avoir été victime d’agressions sexuelles  respectivement par un ancien coéquipier et un médecin. En France, l’absence d’écho du mouvement s’expliquerait selon la ministre des Sports par un travail du mouvement sportif portant ses fruits. Le comité Ethique et Sport, en désaccord avec la ministre, a en parallèle publié une tribune invitant à briser l’omerta sur les violences sexuelles dans le sport français. De façon relative, l’objectif du billet est d’y participer. À partir de témoignages de joueuses, bénévoles, professionnelles au sujet de cas de harcèlement moral et/ou sexuel et de violences, et de quelques données d’enquêtes existantes, le billet cherche à mettre en évidence la situation alarmante dans laquelle est le monde du tennis dans son ensemble, et plus globalement, celle dans laquelle est le monde sportif.

Continuer la lecture de Tennis : le harcèlement comme habitude

  1. Voir Barbusse, B. (2016). Du sexisme dans le sport. Paris : Anamosa []

« Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.

Fin septembre, l’AFP publie une dépêche au sujet du volet « activité physique et sédentarité » de l’enquête ESTEBAN (étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition) menée entre 2014 et 2016 par l’agence Santé Publique France. La dépêche est reprise telle quelle par de nombreux médias ou modifiée à la marge, et toujours avec des titres alarmistes : « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France », « trois chiffres inquiétants sur la sédentarité des français », « trop d’écrans, pas assez d’activités physiques ». Les Echos titreront même « on est foutus, on ne bouge plus ». En quelques lignes, chaque article décrit quelques données de l’enquête, essentiellement celles reprises par la dépêche de l’AFP (à priori, peu de journalistes ont pris le temps de lire le rapport) : L’inactivité, la sédentarité et le temps passé devant les écrans augmentent; l’intensité de la pratique baisse pour l’ensemble de la population; les hommes maintiennent un certain niveau d’activité modéré alors que celui des femmes baisse de manière inquiétante toutes catégories d’âge confondues, comme celui des enfants. Si l’enquête apporte des données qui sont les bienvenues pour le champ des travaux sur la santé et l’activité physique, elle est aussi à prendre avec un certain nombre de précautions méthodologiques en partie exposées dans le rapport publié par l’agence Santé Publique France. L’enquête est aussi à prendre dans toute sa complexité car ses résultats soulignent des situations quelque peu différenciées en fonction des catégories d’âge, mais surtout en fonction des diplômes. Enfin, le rapport de l’enquête ESTEBAN donne des préconisations pour améliorer la situation alors qu’en parallèle, il ne donne aucun outil pour expliquer les phénomènes mis en lumière. Il rappelle alors l’importance d’un questionnement sociologique en matière d’activité physique et de santé afin de comprendre les ressorts d’une pratique au quotidien et ainsi permettre de penser, en conséquence, une action politique pertinente.

Continuer la lecture de « Le manque d’activité physique gagne du terrain en France ». Précautions et pistes d’explication relatives à l’enquête ESTEBAN.

Une histoire populaire du tennis aux États-Unis. Quelques notes au sujet de l’ouvrage de Dave Zirin.

Au début du mois de septembre, « Une histoire populaire du sport aux Etats-Unis » paraissait aux éditions Lux (la publication originale, en anglais, date de 2008). Dans cet ouvrage, présenté comme une référence à l’histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn (abondamment cité), le journaliste Dave Zirin retrace 150 ans d’histoire du sport américain avec l’objectif d’« offrir une histoire qui jette un regard critique sur les forces politiques et les relations de pouvoir qui le gouvernent » (p. 11). A travers un compte rendu orienté, cette note vise à mettre en lumière la place accordée par Zirin à certains joueurs et joueuses de tennis et à leurs prises de position dans cette histoire populaire du sport. En conséquence, il s’agit également de questionner l’intérêt d’une histoire populaire du tennis aux États-Unis.

Continuer la lecture de Une histoire populaire du tennis aux États-Unis. Quelques notes au sujet de l’ouvrage de Dave Zirin.

Sociologie des transformations du monde sportif