Le padel : de l’intérêt médiatique à l’intérêt sociologique.

Depuis plusieurs mois, le padel, nouvelle discipline « entre le tennis et le squash », bénéficie d’une exposition médiatique importante. Des journaux quotidiens locaux évoquent l’arrivée de la discipline et l’installation d’équipements sur leur territoire. En parallèle, différents types de médias nationaux proposent des sujets pour présenter la discipline : Un reportage un matin sur BFM, des articles dans Le Point, un autre dans Les Sportives. L’équipe a également abordé le sujet. La presse généraliste et sportive n’est pas la seule à s’intéresser à la discipline. Des articles sont également visibles dans la presse mode. Le padel a fait l’objet d’un long article dans GQ, mais aussi dans le numéro 4 de Generation Millenials. Évidemment, la revue de presse proposée ici n’est pas exhaustive et aurait pu s’allonger. Il faut d’ailleurs noter l’existence depuis plusieurs années d’un média spécifique accessible en ligne: Padel Magazine

S’il y a une diversité des médias traitant l’arrivée du padel, il y a de nombreuses régularités dans la manière dont la discipline est traitée. La plupart des articles et reportages paraissent en effet assez semblables. Ils évoquent le fort développement de la discipline ces dernières décennies en Espagne. Le padel est ensuite présenté rapidement avec ses règles et ses installations spécifiques, son organisation nationale prise en main par la fédération française de tennis. Des directeurs de structures et des joueurs ou joueuses sont interrogé.e.s et mettent en valeur la discipline. Avec l’appui des interviewé.e.s, les articles parlent d’une pratique ludique et conviviale. Sur BFM, la logique est poussée de telle sorte que journalistes et acteurs interrogés se retrouvent à jouer au padel sur le plateau. Le padel est aussi souvent comparé au tennis. Sur la chaîne d’actualité continue, il est présenté comme « plus amusant, plus fun », comme un sport qui demande peu d’effort, qui est moins complexe techniquement : « C’est un sport techniquement beaucoup plus facile à maîtriser », et donc plus accessible. Dans l’article du point, les propos d’un joueur interrogé vont dans le même sens : « On peut faire des points gratifiants assez rapidement, donc on se sent vite l’envie de continuer. Et c’est un sport extrêmement convivial d’ailleurs, le padel est le seul sport de raquette qui ne se joue qu’en équipe. » L’article parle même d’une pratique qui « réveillerait le lien social » en raison de l’obligation de jouer à 4. Dans GQ, les journalistes parlent d’une pratique accessible, collective et abordable. Le padel n’aurait donc que des avantages.

En parallèle, d’autres médias s’intéressent aussi à cette discipline en soulignant d’autres aspects, et notamment les nouvelles formes d’infrastructures liées à la pratique. Dans plusieurs articles (et c’est aussi le cas de plusieurs textes mentionnés en amont), l’exemple de Casa Padel est évoqué comme symbole du développement de cette pratique. Casa Padel est une structure privée marchande créée à Saint Denis avec douze terrains. Dans les echos, elle est citée comme modèle de ces nouvelles structures commerciales qui investissent les nouvelles pratiques sportives. Un dirigeant de la structure y évoque ses projets : « Nous voulons faire de CasaPadel un nouveau type d’afterwork’ en semaine et un espace pour la famille le week-end. » L’idée de l’article est de mettre en lumière une nouvelle forme de structure privée où sont alliés pratiques sportives et autres types d’activités, notamment en matière de restauration. En revenant sur le cas de Casa Padel à travers un long article, le site spécialisé sport buzz business évoque le rôle clé attribué à la restauration dans le projet de la structure. L’article s’attarde par ailleurs aussi sur l’engagement de la structure en tant que complexe privé marchand avec des objectifs de rentabilité. Avec un entretien d’Arnaud Di Pasquale, il se permet aussi, comme pour les premiers articles cités, de rappeler le caractère convivial d’une discipline « qui rend accro ».

Institutionnalisation d‘une discipline et émergence d’un nouvel espace des sports.

L’intérêt médiatique autour du padel pose au sociologue la question des conditions socio-historiques de diffusion de cette nouvelle discipline. Invoquées par Bourdieu dès la fin des années 19701, les approches socio-historiques du sport étudiant tant les contextes sociaux, les politiques institutionnelles que le rôle de certains acteurs individuels ont été largement développées par les chercheur.e.s, notamment au sujet du tennis2. Ces travaux peuvent ainsi servir d’appui pour comprendre la manière dont le Padel a émergé ? Comment les structures privées comme Casa Padel, mais aussi les clubs traditionnels et la fédération française de tennis se sont engagés dans la discipline et cherchent à la structurer ? Quels groupements ou associations existaient en amont ? Comment l’intérêt médiatique de ces derniers mois présenté dans le paragraphe précédent a-t-il pu exister ? Au niveau de cette dernière question, il faut souligner que la mise en lumière du padel est aussi une mise en lumière de certains acteurs engagés autour de la discipline. Rares sont les articles qui ne sont pas accompagnés d’interviews d’acteurs participant au développement d’une structure, d’un média, ou d’un projet associatif. Ces acteurs, dont certains sont visibles à plusieurs reprises peuvent apparaître comme des entrepreneurs de cause, ou des promoteurs pour reprendre les termes de Samuel Julhe3. Au sujet des arts martiaux, Julhe analyse dans les processus d’institutionnalisation des disciplines un travail de promotion qui est aussi un travail de distinction des disciplines les unes par rapport au autres. Les propos des promoteurs du padel renvoient à ces deux logiques : présenter une pratique conviviale, innovante, et la distinguer, par ces caractéristiques, des autres pratiques et notamment du tennis.

Ce qui peut toutefois apparaître comme une nuance non négligeable dans le développement du padel par rapport au processus d’institutionnalisation d’autres disciplines étudiés par la sociologie et l’histoire du sport est la morphologie particulière de l’espace du padel. La première partie a montré que l’émergence du padel se faisait à la fois dans des clubs de tennis associatifs traditionnels bénéficiant du soutien des collectivités territoriales propriétaires dans la majorité des cas des installations et, dans des structures privées marchandes faisant appel à des investissements privés. En conséquence, les promoteurs de la discipline ont des profils et des trajectoires extrêmement variés. Surtout, leurs intérêts divergent. Des entretiens exploratoires présentent des cas d’enseignants de tennis investissant le padel pour diversifier leur activité, de cadres du privé sans lien au monde sportif investissant dans des structures marchandes proposant la pratique du padel ou organisant des événements, ou encore des cas de dirigeants de la fédération française de tennis cherchant à enrayer une baisse du nombre de licencié au niveau national. Comme pour les différents acteurs d’un champ4, tous ces acteurs ont néanmoins des intérêts communs. Ils ont notamment besoin d’une augmentation du nombre de pratiquants et de moyens investis dans la discipline. Lors des premiers entretiens réalisés avec certains de ces promoteurs (journaliste spécialisé, enseignant de tennis et de padel, responsable d’une société événementiel, formateur d’enseignants), il apparaît d’ailleurs que tous préfèrent mettre en avant des idées de coopération plutôt que de concurrence entre les différents acteurs, tant individuels qu’institutionnels. Il faut aussi noter que beaucoup de ces promoteurs du padel se connaissent et échangent entre eux, se rencontrent lors des événements. Ils font ainsi apparaître une forme de réseau de promoteurs du padel à l’échelle nationale.

Les enjeux de concurrence existent. Au niveau local, l’installation de courts de padel dans les clubs de tennis ou dans des structures privées marchandes proposant d’autres activités comme le futsal, mais aussi la création de structures privées marchandes ne proposant que du padel génèrent la structuration d’un espace d’offre du padel. Au sujet du tennis et travaillant autour de la notion d’espace des sports, Faure et Suaud expliquent qu’ « à travers leurs installations d’inégale qualité (terrains couverts ou non, fabriqués en matériaux différents, etc.), les clubs d’une ville ou d’une région donnée constituent un espace d’offre du tennis sur lequel chaque club occupe une position particulière et à l’intérieur duquel s’organise la concurrence pour l’accès au jeu5. » La situation du padel semble similaire. En Rhône Alpes, il est par exemple possible de voir plusieurs clubs de tennis installer des terrains et une structure commerciale privée ouvrir en 2018 (une structure commerciale privée a fermé en fin d’année 2017). Encore une fois, s’il y a des enjeux de concurrence, des projets de coopération voient aussi le jour entre clubs associatifs n’ayant que des terrains de padel extérieurs et la structure privée marchande ayant des terrains couverts. Ce rapport entre concurrence et coopération et entre différents types de structures rend ainsi l’espace de l’offre de padel original et intéressant à étudier.

Cette structuration d’un espace du padel a aussi pour conséquence une transformation de l’espace du tennis, et plus généralement de l’espace des sports. En reprenant les propos de Faure et Suaud, il est possible de voir que les clubs de tennis investissant dans des nouveaux équipements se déplacent au sein de l’espace d’offre du tennis. Étudier la diffusion et l’institutionnalisation du padel, c’est donc étudier la transformation du monde du tennis. C’est aussi étudier de façon plus globale la transformation du monde sportif. Le padel se développe dans des structures marchandes qui viennent modifier l’espace d’offre des pratiques et se développe à côté d’autres disciplines telles que le futsal. Ces derniers mois, la chaîne Five/urban soccer a ainsi installé dans certains de ces complexes, à côté des terrains de futsal, des terrains de padel. Ces nouvelles installations en plus des structures spécifiques au padel et des clubs de tennis produisent ainsi une diversité des lieux de pratiques, d’associations entre disciplines sur un même lieu, et peut-être une diversité des rapports aux différentes disciplines chez les pratiquants.

Une discipline innovante, mais non inclusive ?

Étudier l’institutionnalisation d’une discipline induit d’interroger les formes de pratique et les rapports à la pratique des publics. Les propos mis en lumière par les médias et les promoteurs font état d’une pratique conviviale, fun, accessible, renforçant le lien social. Or, plusieurs logiques liées à l’institutionnalisation du padel mettent en parallèle en lumière des possibilités de pratique différenciées en fonction des publics. D’abord, des premières observations (qui mériteraient d’être croisées à des données quantitatives) semblent indiquer que les pratiquants de padel sont dans leur grande majorité des pratiquants de tennis. Or, malgré une démocratisation de la discipline, Patrick Mignon rappelle en 2015 que la pratique du tennis reste un marqueur social fort lié à un statut socio-économique particulier6. Par ailleurs, le développement du padel à travers différents types de structures renforce les interrogations économiques en termes de coût de la pratique pour les sportifs.

Dans le recueil d’articles cités en amont, un seul aborde les prix. GQ parle ainsi d’ « une pratique (presque) abordable », mentionnant un tarif entre 3 et 6 euros en heures creuses et entre 6 et 14 euros en heures plaines en fonction des structures (Le prix étant individuel, il est à multiplier par 4 pour connaître l’accès à un terrain). Le recueil de premières données montre aussi un écart entre les tarifs proposés par les clubs de tennis et les tarifs proposés par les structures marchandes. Si comme le rappelle Faure et Suaud, le prix d’une cotisation ne suffit pas à expliquer le choix d’une structure7, cette donnée entre forcément en jeu dans la mesure où elle peut rapidement exclure certain.e.s pratiquant.e.s. Les rares données existantes ne font d’ailleurs aucune mention du public venant jouer au padel et les arguments présentés par les dirigeants de Casa Padel invitent à faire l’hypothèse que la cible première des structures privées marchandes est un public aux revenus élevés. L’un des cofondateurs de Casa Padel dit d’ailleurs au journaliste des echos au sujet d’avocats venant dans la structure après leur travail : «C’est typiquement la clientèle que nous visons ». Des pratiquants aux revenus élevés, mais aussi des pratiquants urbains. En effet, l’installation de structures marchandes et de terrains dans les clubs de tennis semblent majoritairement avoir lieu dans les agglomérations des grandes villes8.

Aussi, les premières données produites par Gilles Piolet pour Padel magazine mettent en évidence des limites en termes de mixité hommes/femmes avec une proportion beaucoup plus importante d’hommes investis en compétition. L’augmentation du nombre d’engagé.e.s dans les tournois mise en exergue au fil des mois ne semble pas transformer la situation. Le développement du padel se ferait-il alors en reprenant certaines logiques sociales du tennis ? L’entretien avec un éducateur sportif engagé dans un club invite à prolonger le questionnement. Proposant une activité de padel de loisirs, il note une parité quasi-parfaite entre les hommes et les femmes. La question mérite ainsi un recueil de données plus important, notamment pour voir si ce dernier cas est un club atypique ou si seule la pratique de compétition est préférée par les hommes.

Ces questions de diversité des publics et de pratique inclusive peuvent aussi être posées à l’égard d’autres publics et d’autres types de pratique du padel. Les promoteurs et journalistes parlent de lien social, de convivialité, d’une pratique bonne pour la forme et accessible sur le plan pratique, physique et technique. Il est alors surprenant de voir un développement du padel éloigné des réflexions en termes de sport santé ou de pratique des personnes handicapées. La fédération française de tennis, qui a pris le pouvoir sur l’organisation nationale de la discipline, développe le padel en partie par le biais d’un secteur « vie fédérale » en charge également des questions de santé et de handicap. Or, la transversalité des projets n’apparaît pas directement dans la structuration de la discipline. Les premiers acteurs interrogés admettent en toute franchise ne pas s’être intéressés à la question. Dans l’un des clubs où des premières données sont recueillies, le terrain du padel créé en 2016 n’est ainsi pas accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Pour Franck Binisti, fondateur de padel magazine (qui propose d’ailleurs des interviews avec des joueurs de padel handisport), la question va forcément être posée aux acteurs dans un avenir proche. Il est d’ailleurs possible de citer des cas de structures dans lesquels l’accessibilité et l’accueil des personnes handicapées ne sont pas laissés de côté. C’est par exemple le cas dans le club de tennis de Mouans-Sarthoux dans les Alpes-maritimes. Alors que le club, en lien avec le comité départemental de tennis et l’agenda d’accessibilité programmée mis en place par la commune, cherche à rendre accessible les installations, un arrangement est négocié avec la mairie : Le club finance la mise en accessibilité des terrains de padel dès leur installation et, en retour, la mairie soutient financièrement la mise en accessibilité du club house et des terrains de tennis. Ainsi, par une négociation entre collectivité territoriale et association, et avec l’accompagnement d’instances fédérales, les enjeux d’accessibilité sont pris en compte dès la construction des installations.

N.B: pour les lecteurs qui n’auraient pas été sur les quelques liens d’articles de presse et ne connaissant pas encore le padel, quelques jolis points ci-contre:

  1. Bourdieu, P. (1984), Comment peut-on être sportif, in Question de sociologie (173-195), Paris : Éditions de Minuit []
  2. Waser, A.M. (2004),Sociologie du tennis. Genèse d’une crise (1960-1990). Paris, L’harmattan ; Juhle, S. (2009), Les pratiques martiales japonaises en France. Institutionnalisation des disciplines et professionnalisation de l’enseignement, Actes de la recherche en sciences sociales, 179, 92-111. Defrance, J. (1989), Un schisme sportif [Clivages structurels, scissions et oppositions dans les sports athlétiques, 1960-1980], actes de la recherche en sciences sociales, 79, 76-91. []
  3. Op. Cit. []
  4. Bourdieu, P. (1984). Quelques propriétés du champ, in Questions de sociologie (113-120). Paris : éditions de minuit. []
  5. Faure, J.-M., Suaud, C., (1989), Espace des sports, espace social et effets d’âge [La diffusion du tennis, du squash et du golf dans l’agglomération nantaise], Actes de la recherches en sciences sociales, 79, 2-20, p.4. []
  6. Mignon, P. (2015). Point de repères – La pratique sportive en France : évolutions, structuration et nouvelles tendances. Informations sociales n°187, 10-13. []
  7. Op. Cit. []
  8. http://www.fft.fr/jouer-sante/padel/trouver-un-club-de-padel-fft []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *