Puiseaux, son tennis et ses équipements sportifs. Petite contribution à une histoire du sport rural.

Les travaux au sujet de l’histoire des politiques sportives mettent en lumière une absence de politiques d’équipements au sein du monde rural durant toute une partie du XXème siècle. Petite ville de 3200 habitants au nord du Loiret, Puiseaux et son histoire ne semblent pas complètement coller aux modèles construits par les sociologues et historiens. Avec des équipements construits dès le début des années 1950, le cas de cette petite ville apparaît d’abord comme un cas limite. Toutefois, l’analyse des politiques entreprises les décennies suivantes montre une certaine normalisation du développement de la pratique et des infrastructures à Puiseaux, notamment au regard des phénomènes décrits dans la littérature. L’objectif du texte est alors de revenir sur ces quelques décennies de politiques d’équipements à Puiseaux. Dans la continuité des travaux de Lessard et Shut1, le texte interroge aussi à travers l’étude d’un cas particulier la manière dont s’entrecroisent initiatives locales et politiques nationales en matière d’équipements sportifs. Enfin, en portant une focale particulière sur les équipements liés à la pratique du tennis, ce texte tente aussi d’éclairer de façon plus spécifique la manière dont l’histoire des équipements sportifs est à croiser avec l’histoire plus particulière de certaines disciplines.

Précisions méthodologiques.

Le billet prend appui sur un travail d’étudiant réalisé lors de ma deuxième année de licence (à l’automne 2008) avec Hugo Bouquet et guidé par Antoine Mourat alors enseignant en TD. Le travail de recherche a été mené en plusieurs phases. D’abord, nous avons mené un travail d’enquête au sein des archives municipales de la ville de Puiseaux. Nous avons analysé les registres de délibération du conseil municipal du début du XXe siècle à 2007. Pour compléter ce travail, nous avons repris les dossiers relatifs aux équipements construits avec les permis de construire, les dossiers de marché et les avant-projets définitifs. Pour compléter et replacer ces équipements dans des contextes politiques, nous avons interviewé plusieurs acteurs engagés au sein de la vie publique de la ville : Christian Blumenfeld, maire de Puiseaux de 1995 à 2008, adjoint du maire Pierre Frérot de 1977 à 1995, et professeur d’EPS au collège de Puiseaux de 1962 à 1980. Ensuite un entretien a été réalisé avec Alain Nebout, conseiller municipal de 2001 à 2014 et fils d’André Nebout, président du club de tennis de 1968 à 2000. Nous avons aussi pris en compte des archives personnelles d’Alain Nebout. Plusieurs discussions informelles avec Jean-Claude Pompée premier adjoint de 1995 à 2008 et présenté durant notre enquête comme « historien de la ville » ont également été mobilisées. Soutien dans le travail d’archives, il est également le gendre d’ Émile Thinet, maire de la commune au début des années 1940. Enfin, quelques précisions ont aussi été mobilisés dans le travail de Jean Louis Picard, membre du bureau actuel du club de tennis et ayant rédigé au printemps dernier, une histoire du club à l’intention des adhérents. Enfin, il faut noter que cette enquête a été réalisée au début d’un processus de formation pluridisciplinaire (Licence STAPS). Cette situation a pour conséquence la mise en lumière, dix ans plus tard, de certains manques dans le travail d’enquête, par exemple autour de l’aménagement du parc de la ville à côté du premier centre sportif, et dans lequel il y a aujourd’hui des terrains d’entraînement pour le football et un parcours santé. Il y a également des manques en matière de données relatives aux subventions, aussi liés certainement à un manque de travail théorique au moment de l’enquête autour des politiques publiques sportives. Malgré ces failles, il m’a semblé intéressant de reprendre ce travail dans le cadre de ce carnet de recherche. Le texte pourra d’ailleurs servir de guide à un éventuel prolongement du travail dans les années à venir.

La construction du Stade Dumesnil.

Dans un article de 2007, Jean-Paul Callède2 explique une rupture dans l’histoire des politiques d’équipements sportifs en 1962 avec le 4eme plan d’équipements et de la productivité. Au sujet des décennies antérieures, Callède parle de politiques d’équipements concentrées sur les grandes villes, éventuellement les villes de plus de 10 000 habitants. De leur côté, Falcoz et Chifflet3 notent des projets municipaux de complexes sportifs dans les années 1950 qui peinent à voir le jour. Or, à Puiseaux, des équipements sortent de terre à la fin des années 1940, dans une ville qui compte alors moins de 2000 habitants. Dans cette petite ville au nord du Loiret, l’histoire du stade démarre au cœur de la seconde guerre mondiale en 1941 quand Louise Dumesnil fait part à la commune du souhait qu’elle a de donner une partie de son clos boisé, partie d’environ trois hectares. Louise Dumesnil explique alors que la cession ne peut se faire que « dans un but philanthropique et d’entraide sociale, en même temps que de procurer aux enfants et adolescents de la commune Puiseaux, le développement en plein air de leur facultés sportives, les retenir en leur ville aux instants de loisir par des distractions saines et profitables à leur avenir physique, contribuer sous l’égide du sport, à plus de cordialité et d’entente entre les jeunes gens, quelles que soient leur idées et leur croyances, enfin développer en eux l’amour le plus grand de la patrie et être ainsi en union avec les sentiments exprimés par notre vulnérable Chef monsieur le maréchal Pétain »4.

Officiellement, le projet est abandonné en raison de difficultés matérielles et de l’installation d’un terrain de foot sur un autre terrain de la commune à la même période5. Il est possible en parallèle d’interroger le rapport de la municipalité à cette donation au regard du ton employé au vu du contexte de l’époque. Cet enjeu semble d’autant plus à questionner que le maire de l’époque, Emile Thinet s’opposait au régime de Vichy. Il a été déporté le 10 août 1944 avec treize autre habitants de Puiseaux.

La donation du clos est signée en 1946. A partir de cette donation, ce sont des controverses autour de la mise en place de la clôture, puis du nivellement qui repoussent la construction du stade après une première campagne d’appel d’offre dès la fin de l’année 1946. Financé par la commune, le stade est construit en 1949 par l’action de plusieurs entreprises locales, avec une clôture, un terrain de football, une piste de saut en longueur, de saut en hauteur, une piste de fond, un portique, un terrain de basket-ball. Deux courts de tennis sont construits l’année suivante. Le 20 mai 1951, le stade est inauguré avec divers événements dont un tournoi de tennis. Le club de tennis est fondée dans la continuité de ces constructions en 1952.

Inauguration du stade, 20 mai 1951 – Bulletin municipal, 2006

Une intégration des politiques d’équipements dans des logiques territoriales et nationales.

Peu de sources racontent l’histoire du club de tennis de 1952 à 1968. Cette histoire du club accompagne celle des équipements puisque peu d’évolutions ont lieu sur la même période. En 1968, l’arrivée d’un nouveau président au club de tennis, André Nebout, va changer quelque peu la donne. Chirurgien-dentiste à Puiseaux, André Nebout marque les esprits par sa volonté de démocratiser la pratique et d’amener des jeunes au tennis, notamment en recrutant des enseignants diplômés.6. Il devient président à une période faste pour le tennis de façon générale, puisqu’entre 1970 et 1980, la FFT multiplie par cinq son nombre de licenciés. À titre de comparaison, Anne Marie Waser7 raconte une volonté de démocratisation similaire au sein du club d’Erstein, petite ville alsacienne qui compte à l’époque un peu plus de 6000 habitants. La sociologue explique qu’en 1965, deux anciens membres prennent la présidence du club alsacien avec pour volonté première d’ouvrir le club au plus grand nombre et notamment aux jeunes. Ainsi, ils créent une école de tennis à partir de 1968 et, en demandant des subventions à la ville, démarrent des travaux de rénovation. Un troisième et un quatrième court sont également construits, à Erstein… comme à Puiseaux.

L’engagement d’André Nebout se traduit effectivement sur le plan des équipements. En 1969, Le club fait une demande au conseil municipal pour une subvention visant la construction d’un troisième court. La municipalité accepte et un troisième court, toujours en terre battue est construit en 1970 pour la somme de 20 000 francs8. L’augmentation du nombre d’adhérent conduit ensuite le club à la construction d’un quatrième court en 1975 en béton poreux, choisi en raison d’un prix relativement bas et des garanties de construction auxquelles s’engage l’entreprise9. Ce quatrième court engendre un emprunt de la ville de Puiseaux sur 10 ans, en partie remboursé par le loyer que paye le club à la ville. Ces constructions négociées entre le club et la ville sont évoquées dans les travaux d’Anne-Marie Waser10. La chercheuse note effectivement que jusqu’à la fin des années 1970, le montant et les conditions de financement des courts sont le fruit de négociations entre les présidents de club et les municipalités: « Les aides ne sont pas accordées systématiquement : les relations entretenues avec les élus locaux et, plus généralement, le capital de relations sociales dont disposent les dirigeants de club sont, dans la plupart des cas, les ressources les plus efficaces pour l’obtention de subventions. » (p. 45). Il est alors possible de faire l’hypothèse d’une influence importante du président André Nebout auprès du conseil municipal.11.

En parallèle de ces nouveaux courts, la commune finance une réfection des vestiaires du club de football en 1970. Surtout, en 1973, un deuxième centre sportif est initié en parallèle de la construction du collège. L’arrivée du collège est un tournant dans l’histoire des équipements sportifs à Puiseaux. La commune s’inscrit d’abord au programme départemental en vue de l’installation d’un double plateau d’éducation physique destinée à l’évolution des élèves de l’école primaire et du collège12. Aussi, en septembre 1973, le conseil municipal décide d’inscrire la commune de Puiseaux au programme départemental pour obtenir la construction d’un gymnase omnisport de type C13 Si la construction du gymnase est liée en premier lieu à celle du collège, les acteurs municipaux évoquent aussi lors d’entretien des enjeux sportifs. Plusieurs associations sportives manquent de salle adaptée à la pratique. Christian Blumenfeld évoque le judo et sa pratique au sein du Palais de Justice. Alain Nebout parle quant à lui du tennis et d’une volonté de faire vivre le club l’hiver alors que la discipline se développe et que le nombre de licenciés augmente.  À ce niveau, il paraît intéressant de souligner qu’en 1975 se crée l’association omnisport de Puiseaux avec comme premier président André Nebout. La même année, sur la demande du directeur départemental de la jeunesse et des sport, le conseil municipal confirme sa décision de réaliser cette installation et par ailleurs de demander l’aide du département. Compte tenu de tous les équipements prévus déjà dans les années 1970 le gymnase n’est toutefois inscrit au budget que pour l’année 197714. La construction sera ensuite reportée à 1978 en raison d’un retard de subvention, puis en 1979 pour des raisons financières au niveau de la ville et aussi pour pouvoir échanger avec les futurs utilisateurs afin que la structure réponde au mieux aux besoins15. le 13 juin 1979, le maire approuve le marché à passer avec l’entreprise Ducloux retenue par la commission d’adjudication pour un peu plus de deux millions de francs16. La construction commence à l’automne 1979, et le gymnase est mis en service au printemps 1980.

En plus du soutien du département, le gymnase aura bénéficié d’une subvention de 500 000 francs par le ministère de la jeunesse et des sports. Par le manque d’archives recueillies, l’étendue du projet dans le temps, et l’importance du soutien départemental, il paraît difficile de tisser les liens entre cette construction et la troisième loi de programme sportif et socio-éducatif (1971-1975), d’autant qu’après 1975 et une longue phase d’ « administration du sport »17, l’État continue d’apporter un soutien financier à certaines constructions, certes de manière plus réduite. A une période où l’État lance également le plan « 1000 piscines », le traitement des archives relatif à la construction du premier bassin d’apprentissage fixe de Puiseaux en 1974 laisse des questions similaires en suspens. Notre travail fait état d’une subvention de près d’un quart du montant total venant du conseil général. Nous avions également relevé en parallèle des commentaires de Christian Blumenfeld évoquant l’obtention de nombreux financements par le canton pour la construction du BAF. Alors qu’il revient sur cette construction dans un bulletin municipal de 2002, Christian Blumenfeld évoque aussi une prise en charge de 35 % de la construction par la commune de Puiseaux, le reste étant à la charge de l’ensemble des communes du secteur scolaire18.19.

Le Gymnase en 2007

Des nouveaux équipements conduits par des enjeux sportifs.

L’histoire des équipements sportifs connaît ensuite un tournant en 1990 avec l’extension du gymnase et la construction de deux nouvelles salles : une spécifiquement pour le tennis, et une pour le Judo, salle pouvant être associée par une cloison mobile à la salle de danse, existante depuis la création du gymnase. Cette extension intervient suite à l’augmentation des besoins au niveau des associations. Le tennis poursuit en effet son expansion dans les années 1980. Le club a d’ailleurs construit en 1988 un cinquième court dans la continuité des quatre précédents. En 1989, le club compte 286 adhérents et la difficulté de partage du gymnase entre le club de tennis et les autres associations mènent à la construction de cette salle annexe. Christian Blumenfeld et Alain Nebout racontent au sujet de cette période que les joueurs et joueuses de tennis n’ont pas toujours été bien perçus avec leur occupation totale du Gymnase à deux ou quatre joueurs contre une quinzaine au basket par exemple. Ils précisent toutefois que les associations se sont toujours très bien entendues. D’après ces deux interviewés, André Nebout, toujours président du club de tennis insiste aussi au début des années 1990 auprès du conseil municipal pour obtenir une salle spécifique, toujours afin que chaque joueur puisse pratique le tennis douze mois sur douze. L’extension s’effectue rapidement. L’avant projet et le devis estimatif sont réalisés début 1990. Puis, lors de la séance de juin 1990, le conseil municipal désigne une commission chargée d’examiner le dossier de projet définitif avec l’architecte20. Les travaux commencent en 1991 et se finissent en janvier 1992 pour un projet ayant coûté au total près de trois millions de francs21. Anne-Marie Waser ((Op. Cit. (1996) )) montre une période particulière d’installation de courts couverts dans les clubs dans les années des années 1970 à la fin des années 1980. Au Lawn tennis club de Strasbourg, elle évoque la construction de 5 courts couverts au début des années 1970, au tennis club de la Meinau, les courts couverts sont construit en 1974, à Erstein en 1981, à l’Elsau en 1989. Ainsi, la construction de cette salle réservée au tennis à Puiseaux peut apparaître comme tardive au regard de l’histoire de la discipline et de son développement (bien que le club de tennis avait jusqu’ici la possibilité d’occuper le gymnase de nombreuses heures par semaines).

La question du tennis couvert n’est toutefois pas résolue avec la construction de cette salle. Dix ans plus tard, elle est remise sur la table en raison d’abord d’enjeux sportifs.  Comme dans de nombreux clubs de tennis, le club de Puiseaux a développé une pratique compétitive. Au début des années 2000, les équipes premières masculines et féminines se retrouvent ensemble en pré-nationale, avec une pression des instances fédérales pour jouer les rencontres sur deux terrains aux surfaces identiques. Le gymnase et la salle de tennis ne permettent pas ces conditions. De plus, l’accroissement des activités sportives dans le gymnase et de l’enseignement du tennis dans la salle limite les possibilités de pratiques des adhérents. En parallèle, la commune construit d’ailleurs une salle des fêtes en 2004 adossée au gymnase pour justement éviter d’occuper les salles du complexe sportif pour des activités extra-sportives. Au niveau de tennis, André Nebout indique en 1999 dans la presse locale22 la difficulté de gérer le manque de place, notamment pour combiner pratique des jeunes et des adultes : « le risque est de voir les adultes se diriger vers d’autres clubs, faute de place dans une salle couverte, Je suis acculée à un choix dramatique. Si dans un proche avenir, on augmente pas de façon sensible la surface couverte offerte au tennis, nous allons être amenés à limiter les inscriptions des jeunes pour éviter de perdre des adultes ». trois ans plus tard, le nouveau président Denis Forgeon réaffirme ce besoin et lance une demande à la mairie pour la construction de deux courts couverts . La création d’une « bulle » comme il en existe d’autres dans le département – celle de l’ASPTT Orleans ou du TC de Pithiviers – semble alors être une solution plutôt que la construction d’une nouvelle salle en dur jugée trop coûteuse23.

Le 14 mai 2002, Le conseil municipal sollicite des subventions afin de refaire les deux terrains en béton poreux puis de les couvrir par une bulle. Le club obtient une subvention de près de 50 000 euros du département, de 7000 euros de la fédération française de tennis et de près de 60 000 euros venant du conseil régional. Pour compléter le financement de cette bulle et les 172 600 euros de son coût total total, 23 000 euros seront apportés par le club, dont 20 000 issu d’un emprunt. 20 000 euros seront également financés par la commune24. C’est presque 80% de la somme total qui est subventionnée, et c’est très certainement ce qui as permis au conseil municipal d’accepter à l’unanimité ce projet de bulle sur les courts de tennis. Le conseil municipal désigne alors en juillet 2004 l’entreprise SOFRICEL pour la réfection de ces courts et leur couverture.

Il peut être souligné que c’est aussi un financement qui provient uniquement des collectivités territoriales, et aucunement de l’État. En parallèle, la construction d’une nouvelle piscine en 2006, après la destruction de la première, bénéficie de subventions d’État via la direction générale des équipements qui soutient l’investissement des départements en matière d’équipements rural. Le département et le conseil général subventionnent également ce nouvel équipement.

L’AS Puiseaux Tennis : La Bulle derrière les 3 courts en terre battue

Une histoire en cours..

L’histoire des équipements sportifs à Puiseaux est en mouvement perpétuel. En 2011, deux nouveaux courts en béton poreux sont construits dans la continuité des autres courts. En parallèle, la salle de tennis construit en 1991 et adossé au gymnase est définitivement transformée pour les autres associations sportives de la ville25. Aujourd’hui, et près de quinze ans après sa pose, la bulle est remise en question, principalement en raison de sa durée de vie, limitée dans le temps. En parallèle, les coûts d’entretien que nécessitent les courts en terre battue occupent également quelques débats au sein du club. Dans son travail sur l’histoire du club diffusée aux membres en mars 2018, Jean Louis Picard exprime ces enjeux : « la bulle de 2005 est en fin de vie, nous devons envisager son remplacement. La sécurité, les frais de fonctionnement, doivent sensibiliser tous les acteurs de notre société »26. Il propose aussi une réflexion en termes d’échelle. Dans une période où la fédération perd des licenciés, le bénévole indique la nécessité de peut-être penser des coopérations entre les clubs d’un même territoire afin de pouvoir répondre aux besoins de toutes et tous les licenciés, d’autant plus dans une période de réforme territoriale régulière. En effet, la dernière décennie a été marquée par la multiplication des interlocuteurs au niveau communal et intercommunal pour les associations sportives de la ville. Cet enjeu apparaît alors comme un élément majeur des politiques d’équipements de ces dernières années qu’il convient de prendre en compte. Évoquée depuis plusieurs années sous forme d’hypothèses, l’idée de fusion du club de tennis avec des clubs de villes voisines est aujourd’hui à l’étude. Cet exemple met alors au jour des nouveaux débats en matière de vie associative et de gestion des équipements. Par ailleurs, si elle peut paraître parfois pertinente, la question de la mutualisation des équipements et de la fusion d’associations est à interroger de façon particulière au sein du monde rural où les distances peuvent très vite s’allonger entre les villes et villages, et donc entre les infrastructures.

  1. Lessard, C., Schut, P.-O. (2016). Les politiques publiques d’équipements sportifs vues à travers quatre villes françaises de 1960 à nos jours. Loisir et société, 39(1), 61–86. []
  2. Callède, J.-P. (2010). Réseaux d’équipements sportifs, innovation culturelle et fonctionnalité urbaine. Histoire, économie & société, 26e année(2), 75–85. []
  3. Falcoz, M., Chifflet, P. (1998). La construction publique des équipements sportifs : Aspects historique, politique et spatial. Les annales de la recherche urbaine, 79(1), 14–21. []
  4. Lettre de Mlle Louise Dumesnil a Mr le maire Emile Tinet, 1941, Archives municipales []
  5. Délibération du conseil municipal de novembre 1943, registre des délibérations, juillet 1942/Août 1947 []
  6. La république du centre, 7 décembre 2000 []
  7. Waser, A.M. (1996). Sociologie du tennis. Paris ; L’harmattan. []
  8. Deliberations du conseil municipal de mars 1969, registres de délibérations février 1968/ Juillet 1973 []
  9. Deliberations du conseil municipal mars 1975, registre des délibérations Octobre 1973/Juillet 1977 []
  10. Waser, A.-M. (1992). La genèse d’une politique sportive [L’’exemple du tennis]. Actes de la recherche en sciences sociales, 91(1), 38–48. []
  11. à travers cette histoire et ces constructions du début des années 1970, il est intéressant de souligner que le club ne bénéficie pas du plan « 5000 courts de tennis » mis en place par la fédération quelques années plus tard []
  12. Deliberations du conseil municipal Mai 1973, registres des délibérations, février 1968/ Juillet 1973 []
  13. Deliberations du conseil municipal de septembre 1973, registre des délibérations Février 1968/ Juillet 1973. []
  14. Deliberations du conseil municipal de janvier 1975, Registre des délibérations Octobre 1973/ Octobre1977 []
  15. Deliberation du conseil municipal de juin 1979, registres des délibérations septembre 1977/ Mars 1982 []
  16. Deliberations du conseil municipal de juin et septembre 1979, registre des délibérations septembre 1977/Mars 1982 []
  17. Falcoz, Chifflet, Op. Cit. []
  18. Mr Blumenfeld, Bulletin municipal, Fevrier 2002 []
  19. Ces différents points mériteraient une reprise du travail pour éclaircir le budget et la relation entre politiques nationales et politiques locales []
  20. Délibérations du conseil municipal de Juin 1990, registres des délibérations Juin 82/ Juillet 1991 []
  21. Devis estimatif, extension du Gymnase, archives municipales de la ville de Puiseaux. Une nouvelle fois, nous manquons de données en termes de budget et de subventions []
  22. Courrier du Loiret, 27 mai 1999 []
  23. Lettre de Mr Denis Forgeon, à Mr le Maire, Christian Blumenfeld []
  24. Délibérations du conseil municipal de mai 2002, registre des délibérations février 2001/juin 2007 []
  25. cet épisode nécessiterait également un travail d’enquête pour saisir les enjeux de négociation et de financement entre la ville et l’association []
  26. Newsletter, AS Puiseaux tennis, Mars 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.