Tennis : le harcèlement comme habitude

Note méthodologique et rédactionnelle : Ce billet a été écrit à partir de témoignages de joueuses, de professionnelles, de bénévoles, engagées dans le monde sportif, et principalement dans le monde du tennis, qui ont été témoins ou qui ont vécu des expériences de harcèlement ou d’agression ces dernières années. Elles ont relu, retouché ce texte et ont fait le choix de rester anonymes. Ainsi, l’ensemble des prénoms cités a été changé et certains éléments contextuels (statuts d’acteurs, lieu de harcèlement/agression) des situations énoncées ont volontairement été décrits de façon relativement floue.

Agression en direct sur France télévision

Le projet de ce texte démarre en Mai pendant Roland Garros, lors de l’agression en direct de Maxime Hamou, joueur de tennis professionnel, envers Maly Thomas, journaliste sur Eurosport. Si cette agression est grave, elle n’apparaît pas pour autant surprenante et semble plutôt illustrer un monde du tennis où les cas de harcèlement et d’agression sont réguliers et le plus souvent noyés, cautionnés, excusés, mis de côté, très rarement sanctionnés. En Mai, il était déjà absurde et déplacé de voir dans le cas de Maxime Hamou les excès d’un jeune joueur ne se comportant pas comme ça habituellement et étant juste ivre comme certains chroniqueurs de télévision ont tenté de l’expliquer. Cet acte pouvait d’abord être replacé dans un système sportif sexiste1, particulièrement à l’œuvre dans le monde du tennis et encore illustré à la fin de l’été par la une de Tennis Magazine, revue d’actualité tennistique la plus connue de France (les médias spécialisés ne sont pas en dehors de ce monde, ils en font partie intégrante).

Il y a quelques semaines, l’affaire Weinstein et le récit sur les réseaux sociaux par de nombreuses femmes de violences et de cas de harcèlements sexuels rappelaient (si cela était vraiment nécessaire) la régularité de ces phénomènes et leur existence dans l’ensemble des espaces sociaux. Toutefois, peu de cas de harcèlement et d’agression au sein du monde sportif ont été mis en lumière. Tatiana Gutsu ex-gymnaste ukrainienne et Mckayla Maroney ont révélé avoir été victime d’agressions sexuelles  respectivement par un ancien coéquipier et un médecin. En France, l’absence d’écho du mouvement s’expliquerait selon la ministre des Sports par un travail du mouvement sportif portant ses fruits. Le comité Ethique et Sport, en désaccord avec la ministre, a en parallèle publié une tribune invitant à briser l’omerta sur les violences sexuelles dans le sport français. De façon relative, l’objectif du billet est d’y participer. À partir de témoignages de joueuses, bénévoles, professionnelles au sujet de cas de harcèlement moral et/ou sexuel et de violences, et de quelques données d’enquêtes existantes, le billet cherche à mettre en évidence la situation alarmante dans laquelle est le monde du tennis dans son ensemble, et plus globalement, celle dans laquelle est le monde sportif.

Dans le tennis amateur, et dans le tennis professionnel: Harcèlement et impunité

Dans le monde du tennis, les tournois amateurs sont gérés par des juges-arbitres, qui s’occupent d’une partie de l’organisation, des horaires, des tableaux. Les joueurs et joueuses échangent donc avec ces juges-arbitres. Sophie et Lila racontent alors avoir déjà reçu des messages récurrents de juges-arbitres après un tournoi pour prendre un verre. Elles n’ont jamais donné leur numéro, hormis au moment de l’inscription. Ces juges-arbitres récupèrent les coordonnées personnelles de joueuses dans les fichiers des inscrits pour les utiliser à des fins personnelles, et de harcèlement donc, continuant de les inviter malgré plusieurs « non ». Le tennis, c’est aussi des enseignants professionnels qui harcèlent des joueuses, parfois mineures. Julie a ainsi reçu d’un enseignant diplômé d’État des dizaines de SMS sans aucun lien avec le tennis (et clairement inappropriés), sur des temps extrêmement rapprochés. Marie raconte quant à elle avoir été reçus des SMS et messages vocaux par un enseignant diplômé d’État demandant des rencontres en dehors du tennis, à intervalle régulier, et continuant alors même que Marie a arrêté le tennis. Ces premiers exemples se sont déroulés dans le monde du tennis amateur. Le monde professionnel n’est pas épargné.

Camille et Tiffany, bénévoles et professionnelles sur des tournois professionnels parlent de ce joueur français qui « se pavane se permettant des remarques déplacées et plus qu’insistantes vis-à-vis des bénévoles ». Camille raconte : – L’une d’entre-nous finit par lui rétorquer qu’elle n’est pas célibataire. Il lui répond « on s’en fout, ce qui se passe ici, reste ici pourtant non ? ». Face aux nombreux refus essuyés lors d’une soirée, il se permettra aussi de toucher de force des bénévoles allant jusqu’à employer la force pour les bloquer et finira par leur jeter des objets dessus. Elles parlent aussi de « ces autres acteurs de tournois qui les contactent pour les inviter à l’hôtel, « qualifiant les « attributs » des uns et des autres pour susciter « l’envie » ». Elles parlent de ce juge de ligne qui ne s’arrêtera d’envoyer des messages pour en inviter une à boire un verre uniquement lorsqu’il sera bloqué des réseaux sociaux.

Et puis, elles continuent. Elles citent « ce proche de joueur qui, après avoir menacé par message « c’est tes p’tites fesses que je vais taper », rétorque vexé « Azy. Mademoiselle la prude là. C’est parce que tu me cherches. Olalala. C’est juste pour déconner ». Et puis, ce bénévole qui récupère le numéro d’une d’entre elles, alors invitée sur un tournoi, la harcèle d’appels et de SMS pour connaître le numéro de sa chambre d’hôtel, et l’invite « à se laisser tenter » : « je crois que tu as besoin d’être chouchoutée un peu… ça te ferait le plus grand bien. Je passe ? T’as le droit de dire oui… Laisse-moi te rejoindre… Là aussi tu as le droit de te laisser tenter ». Elles citeront enfin aussi ce journaliste spécialisé, utilisant le numéro de Tiffany après une communication professionnelle pour l’inviter par SMS à plusieurs reprises au restaurant malgré des « non » répétés.

Camille et Tiffany s’arrêteront à « ces quelques cas parmi d’autres », n’oublieront pas de préciser que parfois, ces actes et ces mots sont le fruit de joueurs français allant « autant du top 100 qu’au bas fond du classement ATP. », ajoutent que « Quand on rapporte au sujet des joueurs les faits à d’autres joueurs, c’est souvent mis sur le compte de la fatigue ou d’une lourdeur pas méchante. Mais la plupart du temps, on se rend compte que tout le monde est au courant à propos d’untel ou untel ». Elles précisent qu’il faut évidemment contrebalancer ces comportements mais que c’est souvent la même histoire : « Remarques insistantes, lourdes, irrespectueuses parfois, sans limite trop souvent. ». Sans trop savoir quoi en faire, elles indiquent avoir tout de même conservé les coordonnées et les conversations écrites. Enfin, elles notent le désarroi qu’ont suscité leur parole autour d’elles : « Que dire à part compatir. On préfère ne rien dire, etc. » et ajoutent qu’« Une fois cependant, un comportement a été sanctionné. »

Ces dernières situations de harcèlement pourraient être interrogés en lien avec la manière de penser l’organisation des tournois professionnels et les rapports de genre qui s’y jouent. Des sociologues montrent que les organisations participent à produire des divisions sexuées entre des individus sensés exercés des activités dans un cadre sexué neutre2. Louey et Schütz (2014)3 ont par exemple montré que « les hôtesses d’accueil subissent quotidiennerent la drague des visiteurs, comme celle des salariés masculins des lieux sur lesquels elles travaillent »  et ajoutent que cette drague est « quasi rituelle au sens où il ne s’agit en général pas tant pour eux de tenter de séduire que de réaffirmer publiquement leur identité masculine dans sa dimension hétérosexuée ». Confirmant ces données, Benelli (2016) souligne à partir de nombreux travaux « une constante des rapports sociaux de sexe : la construction de la différence sexuée au travail se fait le plus souvent au détriment des femmes. » (p. 151).4 Les récits cités, la difficulté de dénoncer, l’incompréhension ou le relativisme des autres acteurs du monde du tennis à qui Camille et Tiffany en parlent semblent confirmer des logiques semblables à l’œuvre dans les organisations du tennis professionnel (et amateur), menant alors jusqu’à de nombreux cas de harcèlement.

Peu de révélations publiques, peu de suites, peu de sanctions. En conséquence, les enseignants, juges-arbitres, journalistes, joueurs, dirigeants et autres professionnels et bénévoles cités exercent tous encore au moment où sont écrites ces lignes. Les personnes concernées ont donc été invitées, quel que soit le contexte, à ne pas s’en formaliser et à passer à autre chose. Les comportements n’ont pas été condamnés (peuvent-ils l’être au regard de la loi ?), parfois néanmoins réprimandés par des proches, des collègues, qui ont souvent tout de même été témoins passifs jusqu’à un certain point de tolérance (en fonction des cas). Ces acteurs (et ceux qui les excusent) sont ceux qui font vivre les clubs, qui organisent le tennis amateur et professionnel en France au quotidien, et sont ceux qui en parlent.

Le tennis, un sport comme les autres.

Le tennis n’est pas un îlot séparé du monde. D’autres exemples existent dans d’autres sports. En parlant du projet de ce texte ces dernières semaines, Marianne, une sportive amateure dans un autre sport individuel s’est ainsi manifestée, cherchant un moyen de s’exprimer au sujet d’abus sexuels dont elle a été la victime plus jeune. Marianne explique avoir eu des relations sexuelles avec un entraîneur diplômé d’État, ayant des responsabilités dans un comité départemental, 25 ans plus âgé qu’elle, alors qu’elle avait 15 ans. Elle explique avoir été incapable de dire non, qu’elle était « toujours très mal » pendant les relations. Ça a duré six mois. Encore aujourd’hui, elle ne comprend pas pourquoi elle n’a pas dit non, pourquoi elle acceptait d’y retourner, que l’entraîneur aurait sans doute arrêté si elle avait dit non. Marianne explique alors être hantée et traumatisée par cette histoire qui a des répercussions directes aujourd’hui dans son rapport aux hommes. Elle note que depuis peu de temps, elle envisage ces événements comme une agression. Elle ne veut toutefois pas porter plainte.

Dans ce dernier cas, nous retrouvons un cas typique d’emprise, tel que le décrit Philippe Liotard5 dans un article de presse de Marine Marck, où la triple relation de domination à l’œuvre (homme sur femme/ entraîneur sur entraînée/ adulte sur jeune) « passe du cadre sportif au cadre privé, (…) où « le contrôle exercé par l’entraîneur n’a plus uniquement lieu sur le terrain ». Ces cas d’emprise ne sont donc pas pas spécifiques à un sport particulier, comme l’ensemble des cas de harcèlements et d’agressions. Dans une enquête commandée par le ministère des Sports, Greg Decamps, Anne Jolly et Sabine Afflelou (2009) notent que « 11,2% des athlètes interrogés déclarent avoir subi au moins un acte de violence sexuelle en milieu sportif »6. Dans une autre enquête réalisée auprès d’étudiant.e.s STAPS , Anne Jolly et Greg Decamps (2006)7 font un constat semblable : « près de 8 % des étudiants qui ont répondu à l’enquête déclarent avoir subi une agression d’ordre sexuel en milieu sportif, les filles plus que les garçons (10 % vs 4,3%) ».

Les auteurs citent alors également des études similaires dont une étude norvégienne8 sur des femmes athlètes au sein du sport d’élite indiquant que « 33 % ont connu une forme d’agression sexuelle, allant du harcèlement léger à l’agression caractérisée, de la part essentiellement de collègues masculins ou d’hommes représentant une autorité ». Au sujet de leur enquête, Jolly et Decamps (2006) ajoutent que les filles sont également 4 % à signaler des agissements ambigus, à propos desquels elles ne savent dire s’il s’agit ou non d’agressions. Les récits recueillis au sein du monde du tennis (qui mettent par ailleurs en évidence que les sportives ne sont pas les seules à être touchées dans le monde sportif) montrent aussi que la frontière est parfois difficile à établir entre le harcèlement et l’agression. Or, ces actes peuvent être pensés ensemble (de la même manière qu’on peut voir la division sexuée des organisations en lien avec les cas de harcèlement). Dworkin (2006) parle de continuum dans ce qu’elle décrit être des actes de la terreur caractérisant en partie le pouvoir des hommes sur les femmes. Elle écrit : «Le pouvoir est la capacité de terroriser, d’utiliser le soi et la contrainte pour inculquer la peur, la peur chez toute une classe de personnes face à toute une classe de personnes. »9 Alice Debauche (2016) défend une approche semblable parlant de la violence masculine comme « un instrument de contrôle social de la sexualité des femmes, en tant qu’expression concrète de domination et en tant que menace pesant sur l’ensemble des femmes »10 (p. 692).

Il faut ainsi rappeler que dans la très grande majorité des cas, les agresseurs sont des hommes. Decamps, Jolly et Afflelou (2009) parlent de 83,8% des agresseurs qui sont des hommes et listent leurs statuts et positions sociales : autre sportif du même âge, inconnu, autre sportif plus âgé, amis, connaissances, entraîneur, personne de l’encadrement, personnel médical. Au sein de notre travail dans le monde du tennis, seuls des hommes ont été décrits comme agresseurs ou harceleurs. Nous pourrions ajouter à la liste des statuts des auteurs : juge-arbitre et journaliste.

Une action politique limitée

Dans un interview à France inter en 2014, Isabelle Demongeot évoquait le refus d’agir de la FFT pendant de longues années sur le cas Régis de Camaret et notait alors positivement le réveil actuel de la fédération contre le harcèlement et les agressions sexuelles. C’est également le sens du propos de Dominique Bonnot dans un interview donné à Libération en 2015. Dans la lignée d’une action ministérielle, la FFT a effectivement lancé en 2008 un plan contre le harcèlement et les abus sexuels. Elle a d’ailleurs sanctionné Maxime Hamou après ses actes en Juin dernier. Nous peinons toutefois à voir comment cette action se traduit au quotidien dans le monde du tennis. Les documents fédéraux ont été construits dont des « principes de conduite à respecter » auprès des éducateurs. Il serait pertinent de vérifier comment ces principes sont diffusés. Il semblerait aussi qu’aucun travail n’est mené envers les autres acteurs du monde sportif. Or, au regard des phénomènes à l’œuvre au sein des tournois professionnels, se concentrer uniquement sur le harcèlement et les agressions envers les sportives est clairement une erreur.

Si les dernières semaines ont montré que les actes cités dans le monde du tennis et d’autres sports étaient à replacer dans un contexte social plus large de rapports de pouvoir et de domination entre les hommes et les femmes, les cas de harcèlement au sein même du cadre sportif montrent que les actions menées par les instances apparaissent comme insuffisantes. La plupart des cas de harcèlement et d’agression cités ont lieu au sein même des enceintes sportives. Elles sont assez peu condamnées, et parfois mettent en jeu des hommes jeunes ou très jeunes, investis dans le monde du tennis, notamment chez les joueurs ayant grandi dans le monde fédéral. Nous avons cité Maxime Hamou, les récits ont évoqués d’autres joueurs. Nous pouvons citer cet autre jeune joueur, aujourd’hui 484e mondial et qui avait écrit sur twitter en 2015 : « Mon coach qui m’offre une pute pour fêter mon premier point ATP. Je le kiffe ce batard ». Comment ces jeunes joueurs en sont arrivés à ce genre de propos, d’attitudes ? Qu’entendent les jeunes garçons et filles apprenant le tennis dans les structures fédérales ? Que leur disent leurs entraîneurs, leurs dirigeants ? À quels comportements assistent-ils pour penser que les comportements décrits ne poseraient pas de problème ? A partir des agissements de nombreux hommes qui finissent par être cautionnés, comment empêcher une reproduction des comportements de harcèlement et d’agression ? Bertrand et Al. (2015) rappellent le poids de différents acteurs et institutions dans les socialisations masculines tant pendant l’enfance que pendant l’adolescence. Ils citent alors, entre autres, l’importance de l’univers sportif11. Si le monde du tennis et ses acteurs ne peuvent résoudre seuls le problème, il est nécessaire que ses acteurs se remettent en question, avec un travail de plus grand ampleur dans les formations de moniteur de tennis, dans les formations fédérales d’initiateur ou de dirigeants, d’arbitres et de juges-arbitres. Aussi, il y a la nécessité de donner les moyens d’alerter lorsque des personnes sont confrontés à ces cas sans qu’elles ne se retrouvent dans la peur ou face au refus de leurs interlocuteurs d’entendre leurs appels, et tenter, enfin, de sortir de la situation dans laquelle est aujourd’hui le tennis français.

  1. Voir Barbusse, B. (2016). Du sexisme dans le sport. Paris : Anamosa []
  2. Angeloff, T., Laufer, J. (2007). Genre et organisations, Travail genre et société, n°17, 21-25. ; Acker, J. (1990). Hierarchies, jobs, bodies : a gendered theory of organizations, Gender and Society, vol. 4, n°2, 139-158 []
  3. Louey, S., Schütz, G. (2014) Les effets de la mixité au prisme du corps et de la sexualité. Les hommes dans les métiers d’accueil. Travail et emploi, n°140, 5-19. []
  4. Bennelli, N. (2016). Corps au travail, in Rennes, J. Encyclopédie critique du genre (p. 149-158). Paris : La découverte. []
  5. Voir aussi Liotard, P. (1999). L’entraîneur, l’emprise. In F. Baillette et P. Liotard. Sport et virilisme. (p. 125-140), Montpellier : Quasimodo & fils. []
  6. Decamps, G., Afflelou, S., Jolly, A. Etude des violences sexuelles dans le sport en France: contextes de survenue et incidences psychologiques. Rapport d’enquête pour le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports, Université Bordeaux 2. []
  7. Jolly, A., Decamps, G. (2006). Les agressions sexuelles en milieu sportif : une enquête exploratoire. Science et motricité, n°57, 105-121. []
  8. Brackenridge, C., & Fasting, K. (2000, Mai). Les problèmes de harcèlement sexuel auxquels sont confrontés les femmes et les enfants dans le sport. 9e Conférence des Ministres responsables pour le sport du Conseil de l’Europe – « Un sport propre et sain pour le troisième millénaire ». Bratislava, Slovaquie. []
  9. Dworkin, A. (2006). Le pouvoir. Nouvelles questions féministes, vol. 25, n°3, 94-108. []
  10. Debauche, A (2016) Violence sexuelle. In Rennes, J. (dir.) Encyclopédie critique du genre. Paris : La Découverte. []
  11. Bertrand, J., Court, M., Mennesson, C., Zabban, V. (2015) Introduction. Socialisations masculines. De l’enfance à l’âge adulte. Terrains et travaux, n°27, 5-19 []

Une réflexion sur « Tennis : le harcèlement comme habitude »

  1. Le papier embrasse en effet différents domaines avec diverses références. Patrick Vassort avait également soulevé le problème, et dans le tennis justement et si je me souviens bien dans la gymnastique ou athlétisme, lors des séances d’étirements et assouplissements. Comme si les phases du corps sportif au repos indiquait un moment propice.
    Cordialement.
    Olivier Pégard, UPEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *